Point de vue

Quand les langues se délient

Il n’a fallu que deux petits mots pour créer tout un débat sur la question épineuse de la langue au Québec. Une salutation des plus normales, « Bonjour/Hi », pour faire réagir notamment la ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Marie Montpetit, sur les ondes de LCN.

La notion « irritant » décrite par madame la ministre a permis à Jean-François Lisée, chef du Parti Québécois, de faire adopter une motion à l’Assemblée nationale. Motion voulant que les commerçants saluent leur clientèle avec un simple « Bonjour », formule plus charmante pour les touristes, selon le débat à l’assemblée.

L’événement n’aura été qu’un feu de paille médiatique, mais il s’avère important de discuter de ce bilinguisme ambiant à Montréal. Certes, nous ne pouvons nier la forte présence de l’anglais dans la métropole. Soulignons toutefois l’augmentation notable du bilinguisme chez les plus jeunes générations grâce aux initiatives gouvernementales et à la très grande présence de la culture anglophone dans notre quotidien.

La diversité linguistique au Québec et au Canada est un fait, une réalité d’autant plus présente aujourd’hui avec les générations d’immigrants. La diversité linguistique se développe conjointement avec la diversité culturelle, deux entités qui regorgent à la grandeur du pays.

Les Canadiens parlent plus d’une langue à la maison et possèdent plus d’une langue maternelle (Statistique Canada)

Parmi les langues maternelles immigrantes les plus populaires à Montréal en 2016, on recense l’arabe en première position à 18% et l’espagnol en deuxième position à 13% (Données de Statistique Canada pour 2017).

Bien qu’il peut sembler anodin de parler de cet incident qui est survenu à l’automne dernier, il est tout de même intéressant de constater que la question de la langue demeure un sujet épineux et très sensible auprès des Québécois(es). Qu’on décide de préserver son cachet de société majoritairement francophone n’est pas le problème : le problème est qu’on soulève un faux débat pour l’enterrer en deux-trois mouvements.

S’il faut préserver la langue française au Québec, il faut permettre un apprentissage complet et un encadrement serré de son enseignement aux nouveaux immigrants. La diversité fait partie du visage québécois.

Le débat sur la diversité linguistique est d’ailleurs intimement lié à celui de la diversité culturelle. La Convention de l’UNESCO sur la diversité des expressions culturelles affirme dans son préambule que « la diversité linguistique est un élément fondamental de la diversité culturelle ».

On constate depuis bien des années que la francisation des immigrants au Québec n’a pas connu de résultats considérables : seulement le tiers des immigrants auxquels est destiné le processus de francisation se sont inscrits aux cours offerts par le ministère de l’Immigration entre 2010 et 2013.

D’autant plus que plus de 90% de ceux qui complètent le cours de francisation sont incapables de fonctionner au quotidien en français. Plutôt dire que le problème ne réside pas dans un « Bonjour/Hi » d’un employé au centre-ville. Ou encore dans un gérant de boutique qui aurait fait son discours d’ouverture en anglais « pour accommoder » sa clientèle.

Parler plus d’une langue s’avère une richesse culturelle inouïe que nous avons la chance de posséder ici au Québec et au Canada.

Apprendre une langue, c’est apprendre la culture d’un nouveau pays. Certes, pour en connaître plus d’une, il faut savoir la pratiquer, l’apprendre de manière structurée et assurer un encadrement adapté à tous et à toutes. Ce n’est pas simple comme bonjour !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s