Actualités

L’intégration de la diversité passe par l’emploi

Une table ronde regroupant une palette de personnalités a abordé, samedi au siège de l’Institut NéoQuébec à Montréal, la problématique de la diversité et son intégration dans la société d’accueil au Québec.

La perspective d’une année électorale contraindra sans doute les politiciens québécois à solliciter les groupes de la diversité culturelle. D’où, pour les organisateurs de l’événement, l’importance de tenir un tel débat.

La députée du Parti québécois, Carole Poirier, a d’entrée de jeu mis le doigt sur le véritable problème : l’intégration socioéconomique. Pour elle, l’intégration des immigrants passe par l’emploi. L’intervenante a déploré la sous-représentation de la diversité dans la fonction publique notamment, suggérant le CV anonyme pour lutter contre la discrimination à l’emploi.

Éric Emond, entrepreneur, croit pour sa part que le CV anonyme ne réglera pas le problème de la discrimination à l’emploi des immigrants. Le racisme systémique est une réalité au Québec, soutient-il. Par exemple, il trouve anormal qu’un cardiologue immigrant ne puisse pas travailler dans le secteur de la santé, même dans un poste inférieur, comme médecin généraliste.

Lamine Foura, ingénieur de son état, croit, lui, que le racisme systémique existe bel et bien, mais d’autres problèmes empêchent l’intégration effective des immigrants. L’orateur cite l’exemple de l’Ordre des ingénieurs où le gouvernement provincial peut intervenir pour éliminer tout aspect de discrimination. D’autres intervenants ont abondé dans le même sens. C’est le cas de l’universitaire Myrlande Pierre qui interpelle le citoyen pour faire pression sur les politiques publiques.

Mais au-delà de cet aspect économique qui, à bien des égards, pose des embuches pour les immigrants francophones, exclus de facto de certains secteurs d’activité réputés bilingues, il y a aussi la question de l’implication en politique des membres issus de la diversité culturelle. Ainsi, dans un tel contexte, les minorités visibles courent le risque d’être sacrifiées sur l’autel de calculs partisans.

La participation citoyenne s’avère la solution pour ramener au centre des débats les préoccupations des Néo-Québécois, déclarent les panélistes. D’où l’intérêt porté par les conférenciers sur les programmes d’intégration institutionnelle des immigrants à la vie collective.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s