Portrait

Portrait de Sandra J. Mathieu, artiste engagée

Scénariste, réalisatrice et productrice, Sandra J. Mathieu touche à tout dans ses différents projets avec un maître mot celui d’apporter un vent de fraicheur et de diversité dans l’espace médiatique au Québec. 

Née à Montréal de parents haïtiens, elle est aujourd’hui à la tête de la websérie Reine qui cartonne sur le web.

Après des études en production télévisuelle et en cinématographie, c’est lors d’une discussion avec son amie Rachel que le projet prend forme, celui de mettre en avant des personnages et des histoires qui leur ressemble.

« Il faut beaucoup de passion et de patience »

Un an plus tard, le résultat est là ! Financée par ses propres moyens, la websérie dont le premier épisode est déjà sorti connait un véritable engouement.

Tout un défi pour ce projet dans lequel elle souhaitait proposer du contenu différent, mais en mettant une femme noire en avant. Il a fallu trouver les acteurs, les lieux de tournage, bref tout organiser de A à Z.

« On avait le désir de voir des choses à l’écran qui nous représente, c’est ce qui nous a inspiré »

Rachel et Sandra trouvaient qu’il y avait un manque de diversité, notamment dans les émissions francophones de télévision où les personnes noires occupent des rôles secondaires ou stéréotypés comme des gangsters par exemple.

reine youtube banner

La première saison comporte quatre épisodes, dans lesquels on suit chaque fois un personnage principal dans son quotidien et dans les enjeux qu’il vit au quotidien. On découvre la journaliste Iris, la comptable Nadia, ainsi que Carmen et Raphaëlle. Quatre femmes noires et métis millennials.

Depuis le lancement du projet le mois dernier, qui a connu un vif succès, les messages positifs ne cessent d’affluer pour encourager le projet et témoigner que ces situations existent bien.

« C’est pas à quelqu’un de nous donner notre place, mais c’est à nous d’aller chercher notre place, et de montrer ce qu’on est capable de faire »

Au déjà d’une simple websérie, Reine amène toute une réflexion sur la question de l’identité, de la place de la diversité et de la valorisation des métiers artistiques tant par la société que par l’entourage.

Maya Angelou aux États-Unis ou encore Nadine Alcindor au Québec sont deux modèles qui inspirent grandement Sandra.

photo

De plus en plus, la société devient métissée et mélangée, mais il reste beaucoup de travail à faire encore selon elle. Elle me parle également du problème du coloriste au sein des communautés, dont la communauté haïtienne notamment où on est mieux vu si l’on est métis plutôt que noir par exemple. Une situation que l’on retrouve également dans les communautés latines.

Elle avait déjà réalisé un court métrage Je l’aime à mort qui abordait la question des violences conjugales envers les femmes, un autre sujet tabou et dont on n’entends pas assez parler.

Sa mission aujourd’hui encore plus qu’hier c’est de donner une voix aux personnes à qui on ne laisse pas forcément la parole. « Je ne peux pas concevoir qu’en 2018 on est encore à débattre sur le fait qu’il ne faut pas employer le terme nègre ou faire des blackface, je trouve ça aberrant ». Quand tu es une femme noire, tu dois encore plus faire tes preuves, tu as une échelle de plus à monter, me dit elle.

Une deuxième saison en déjà en cours de préparation déjà, en espérant obtenir des subventions pour soutenir le projet.

Elle souhaite à l’avenir diversifier son projet, en se tournant pourquoi pas vers d’autres communautés culturelles par exemple et continuer à faire passer son message au travers de l’art. Ah oui, et aussi elle attend son deuxième enfant !

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s