Actualités

Oxfam : scandales sexuels et abus de pouvoir

Dans l’inondation des dénonciations de violences sexuelles dernièrement faites, c’est maintenant sur Oxfam international qu’une vague de scandales s’abat. Des employés de l’organisme non-gouvernemental se seraient offerts des services de prostituées dans des hôtels, le tout payé par l’argent amassé pour aider la communauté victime du tremblement de terre en Haïti en 2010.

Après les milieux du cinéma, de l’humour et de la télévision, c’est au tour des organismes humanitaires d’être touchés par des scandales sexuels. Oxfam, une ONG luttant contre la pauvreté dans le monde, a été accusée d’avoir engagé des prostitués et d’avoir organisé des orgies lors de la mission d’aide pour le tremblement de terre de 2010 en Haïti. De multiples plaintes à caractère sexuel ont aussi été déposées contre des employés notamment lors de missions au sud du Soudan et au Tchad.

Depuis ces accusations, le nombre de démissions et de licenciement ne cesse d’augmenter, dont celle de Roland Van Hauwermeiren, ancien directeur de la campagne en Haïti. Ce dernier avait d’abord nié, dans une lettre rendue publique, avoir eu recours à des services sexuels. Puis, un rapport interne datant de 2011 reconnaissait clairement qu’il avait engagé des prostitués dans son domicile, payé par Oxfam.

Les autorités haïtiennes se disent révoltées par ces scandales, alors que pour se faire pardonner, Oxfam leur propose des excuses. Un plan d’action pour contrer les abus sexuels au sein de l’organisme a aussi été mis en place. Une commission, détachée d’Oxfam, sera créée afin de s’entretenir avec les employés et ainsi prévenir les abus. Plus d’un million de dollars seront investis dans les programmes de protection.

Le milieu humanitaire se voit ébranlé par cette vague d’accusations. Selon Mike Jennings, directeur des études sur le développement à l’École des études Orientales et Africaines de Londres, l’environnement est propice à ce genre d’abus de pouvoir. « Vous avez des personnes extrêmement vulnérables, qui ont tout perdu bien souvent, et d’autres qui ont accès à beaucoup de ressources, ce qui leur donne du pouvoir », explique-t-il à l’Agence France-Presse. Bref, l’abus de pouvoir et la vulnérabilité des victimes sont les principaux facteurs des dérapages du milieu humanitaire.

Médecins sans frontières a dévoilé avoir reporté 24 cas semblables en 2017. Décidément, les scandales ont permis aux ONG de se dégourdir et d’avoir recours à des plans pour contrer la culture du viol qui sévit au sein des organismes humanitaires.

Plusieurs ONG s’inquiètent maintenant des conséquences économiques de ces scandales, surtout en lien avec les dons de la communauté, qui sont la principale source de revenus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s