Point de vue

Mythes et réalités sur l’Environnement

Vous êtes-vous déjà visualisé une image du mot « Environnement » ? Probablement que oui… mais l’image ou la définition que vous vous en faites est-elle la même que celle de votre voisin ? Il existe en effet quelques mots qui, comme « Environnement », ne pourront jamais faire consensus social et qui maintiendrons toujours une diversité de représentation et de définition. Aujourd’hui, tentons de comprendre ce qu’est l’ « Environnement » et la pluralité des sens qu’il ficelle.

Chaque lecteur ne sera pas surpris de voir apparaître une image bien claire dans leur tête en lisant le mot « Environnement ». Tout le monde l’utilise, fréquemment, dans plusieurs contextes de la vie courante et chacun est capable de s’en faire une idée bien précise en fonction des références et des représentations qu’il en fait. Mais est-ce que tout le monde comprend ce mot de la même manière ? Assurément pas et c’est bien normal.

Dépendamment de leur lieu d’origine, de leur âge, de leur travail ou de pleins d’autres variables, certains se représenteront une forêt et une montagne, d’autres s’imaginerons leur milieu de travail ou une salle de classe alors que d’autres penseront plutôt aux catastrophes environnementales liées à la croissance des activités économiques mondiales. L’environnement a donc une diversité de représentation, mais ultimement : qu’est-ce que c’est?

Il semble aujourd’hui évident que lorsqu’on parle d’environnement, on s’illustre et on s’imagine d’emblée le concept comme allant de pair avec tout ce qui entoure sa dégradation et sa destruction : réchauffement climatique, pollution de l’air, pollution de l’eau, déforestation, désertification, toxicité des nappes phréatiques, fonte de la calotte polaire, augmentation des catastrophes naturelles, destruction des écosystèmes, etc. Mais cette association Environnement-Problème n’a pas toujours été de vigueur. Victime de notre époque, toute cette vision négative et tous ces termes employés pour désigner cette destruction environnementale n’existaient à peine il y a de cela une quarantaine d’années.

Durant les années 1970, les grandes organisations internationales, comme les Nations-Unies et l’UNESCO ont commencé à sentir l’urgence face à la détérioration de l’environnement. Plusieurs conférences, congrès et traités ont ainsi vu le jour depuis : La Conférence internationale sur l’environnement humain de 1972 à Stockholm, le Rapport Brundland de 1988, la Conférence de Rio de 1992, le Protocole de Kyoto de 1997, la Conférence de Paris sur les changements climatiques de 2015, etc. Et au fil des ans, la population mondiale s’est sensibilisée aux faits et aux nouvelles dynamiques qui entourent les enjeux liés à l’environnement.

Depuis, notre vocabulaire s’est enrichi d’expressions nouvelles toutes relatives à des stratégies pour tenter d’arrêter cette dégradation planétaire : recyclage, gestion des déchets, restauration des sols, revitalisation des écosystèmes, protection de la faune et de la flore, compostage, etc. Avec toute cette inondation terminologique, il est bien normal que la majorité des gens s’illustre l’environnement comme étant en mauvaise posture et qu’on l’associe souvent à un problème qu’il faudrait, ultimement, arriver à résoudre.

Mais, qu’on se détrompe et qu’on revienne à une lucidité d’esprit. L’environnement ce n’est pas seulement qu’un problème et il faut arrêter, en tant qu’humain, de se sentir supérieur ou inférieur à lui. L’environnement c’est bien sûr avant tout un espace qu’il faut apprendre à vivre avec et non pas comme s’il serait un esclave.

Depuis l’excroissance du capitalisme, nous avons eu tendance à oublier son importance de sorte qu’on l’a souvent transposé au second plan, comme si l’on ne dépendait pas tant de lui. Mais l’environnement c’est notre Oïkos, qui en grec veut dire habitat, milieu de vie. Il est important de comprendre et de s’intéresser à l’environnement pas seulement dans une optique de préservation écologique, mais aussi pour se redéfinir soi-même, développer un sentiment d’appartenance personnel et collectif face au monde et à son milieu, tisser des liens entre identité-nature-culture, apprendre à vivre-ensemble et en harmonie, se définir par rapport aux autres et enrichir nos connaissances et nos réflexions morales.

Pour utiliser des termes féériques, l’environnement peut être vu également comme l’élément principal de la construction de notre Éco-ontogenèse. C’est-à-dire qu’il contribue au développement de l’être humain que nous sommes en relation avec le milieu et les incidences que ce dernier nous occasionne contribue à former notre personnalité et notre identité tout au long de notre vie.

L’environnement est donc bien plus qu’un problème à résoudre et ses représentations sont toutes autant diversifiées qu’il y a de cerveaux pour l’imaginer. La chercheure Lucie Sauvé en a bien fait la démonstration dans cette classification générale des principales représentations relatives à l’ « Environnement ».

Les différentes représentations de l’Environnement

Différentes représentations de l’environnement Les valeurs privilégiées Les images mentales associées
L’environnement-Nature
  • À apprécier
  • À respecter
  • À préserver
  • Une forêt intacte
  • Une rivière cristalline
  • Une montagne boisée
L’environnement-Ressource
  • À gérer
  • À développer durablement
  • Une exploitation forestière
  • Une déchetterie
  • Une éolienne
L’environnement-Problème
  • À résoudre
  • Un cours d’eau pollué
  • Un tas de déchets sauvages
  • Une coupe à blanc
L’environnement-Système
  • À comprendre pour décider
  • Un schéma de relations écologiques
  • Une forêt et l’ensemble de ses composantes interreliées
  • Une ville, avec ses intrants et extrants
L’environnement-Milieu de vie
  • À connaître
  • À aménager
  • Une maison avec son jardin
  • Un village, un quartier ou un parc avec des arbres, des fleurs, des animaux
  • Une petite ferme
L’environnement-Biosphère
  • Où vivre-ensemble et à long terme
  • La Terre vue de l’espace
  • La misère dans un pays en développement
  • Un dessin représentant une cosmologie amérindienne.
L’environnement-Projet communautaire
  • Où s’engager
  • Un groupe de personne en corvée de nettoyage
  • Des jardins communautaires
  • Une réunion de citoyens discutant démocratiquement.

 

Apprêté et assaisonné de diverses façons, l’environnement prend forme lorsque chacun le définit proprement. Pour ma part, l’environnement rime avec Nature. Je ne peux concevoir l’environnement que comme un espace de sérénité, de réflexion, de sublimation face à sa beauté et comme un lieu qui me procure une magie d’assagissements.

L’environnement-Nature m’a aidé à construire ce que j’aime et ce que je suis, m’a aidé à comprendre mon rôle et ma place en tant qu’humain au sein de cette Terre. Mais, l’environnement comme on l’a dit est très diversifié et rime avec autant de sons et de sens qu’il y a de bouches et de langues pour l’exprimer.

Et pour vous qu’est-ce que l’environnement?

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s