Actualités

Le Québec doit reconnaître davantage les diplômes étrangers, selon une étude

Le résultat est sans appel pour les chercheurs de l’Institut du Québec (IDQ) : le Québec doit agir rapidement en reconnaissant davantage les diplômes des immigrants dans le contexte de déficit démographique qui touche la province.

Le rapport publié ce lundi se penche sur la difficile reconnaissance des diplômes d’universités étrangères au Québec pour les personnes immigrantes. « C’est l’une des clés de l’intégration des immigrants au Québec » avance le rapport.

Le Québec se distingue aussi de part le nombre élevés d’ordres professionnels qui sont en vigueurs dans la province.

« Cette complexité du système, qui résulte d’une certaine décentralisation des ordres professionnels, est identifiée comme étant l’une des causes de la non-reconnaissance des qualifications des immigrants » explique l’étude.

Difficile équivalence

Il existe bel et bien des barrières sur l’intégration des immigrants sur le marché du travail au Québec, l’Institut avait déjà constaté dans une étude précédente que le taux de chômage était plus élevé chez des détenteurs de diplômes non canadiens que pour des finissants obtenant un diplôme d’une université canadienne.

Avec la mise en place d’ordres professionnels, qui permettent de protéger le public voir la qualité des professionnels accrédités, cela complique la donne.

 

Taux de chômage

On constate depuis plusieurs années maintenant que les immigrants font face à un taux chômage beaucoup plus élevés que pour les natifs à Montréal, et dans l’ensemble de la province.

Capture d’écran 2018-03-27 à 09.50.15.png
Source : IDQ

 

On note cependant que plus un immigrant est présent au Québec depuis longtemps, plus le taux de chômage de celui-ci diminue, bien qu’il demeure structurellement plus élevé que celui des natifs.

Des progrès

Pour les chercheurs, les efforts déployés au travers de la Stratégie d’action en matière d’immigration, de participation et d’inclusion du Ministère de l’Immigration ou encore la mise en place de projets facilitant la reconnaissance de qualifications auprès des ordres professionnels, sont positifs et montrent la volonté d’aller de l’avant.

Mais il faut absolument s’inspirer des modèles européens ou australien pour améliorer et surtout facile la reconnaissance de ces diplômes étrangers, préconise l’étude.

La situation est critique puisque le Québec connait une pénurie de main d’oeuvre sans précédent et doit faire face à un vieillissement de plus en plus grand de sa population.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s