Actualités

Les écritures migrantes

La littérature s’efforce depuis toujours de se faire le visage de notre société. Aujourd’hui, ce visage s’est métissé et devient si mouvant qu’il devient tâche délicate de le saisir. Pourtant, il est essentiel que les écritures migrantes surgissent et viennent témoigner, entre les autres, de sa réalité.

Capture d’écran 2018-04-17 à 09.55.40.pngDe cette « littérature-monde » surgissent des profils d’écrivain(e)s dont lhistoire personnelle teinte les intrigues quils proposent.

Parmi eux, nommons Taiye Selasi, romancière dinfluence aux États-Unis qui promeut la conception dune identité « muli-local » (comme elle le souligne dans sa conférence TED),  basée sur lexpérience, et non (uniquement) sur le pays doù lon vient.

Elle-même originaire du Ghana et du Nigéria, elle est née en Angleterre, a étudié aux États-Unis et vit à présent à Londres. Elle explique ne se sentir appartenir à aucun pays, mais à des endroits précis de ceux-ci, où ses souvenirs ont fleuri, ses relations et ses habitudes existé.

En 2014, elle publiait chez Gallimard le bouleversant Ravissement des Innocents, qui raconte lhistoire dune famille dimmigrants, installée aux États-Unis, dont les aventures vont aborder notamment les thèmes du départ, de lamour et de lidentité.

Une lecture puissante qui traverse des sujets toujours intemporels, entre conquête de linconnu et nostalgie du passé, en passant par les déchirements familiaux et lappropriation dune identité sociale.

Capture d’écran 2018-04-17 à 09.55.52.pngRajoutons deux exemples à ces écritures migrantes avec, dabord, le très bien écrit Il nous faut de nouveaux noms de Noviolet Bulawayo, épopée emportée par la voix de Chérie, jeune zimbabwéenne, née dans un bidonville, exilée aux États-Unis. Roman brutal aux yeux denfant traitant du désir dailleurs et de la nostalgie du pays.

Enfin, à lire absolument, par seul plaisir dune littérature inspirée : Petit Pays, lauréat 2016 du prix Goncourt des lycéens, écrit par Gael Faye.

Premier livre du rappeur et slameur burundais décrivant avec sensibilité lenfance mouvementée du jeune Gaby sur fond du conflit célèbre et désastreux entre les Tutsis et les Hutus.

Bientôt à Montréal à loccasion dun concert pendant les Francofolies, Gael Faye livrera ses textes mélancoliques sur scène… à découvrir  !

Capture d’écran 2018-04-17 à 09.55.33.png

Selon larticle de Ching Selao, En finir avec les écritures migrantes ? reprenant Les passages obligés de l’écriture migrante de Simon Harel, on constate que « lengouement pour les déplacements et les déambulations associées aux écritures migrantes a effectivement évacué la notion de lieu, comme si le migrant, dans sa perpétuelle errance, nallait nulle part, ne venait de nulle part et nhabitait nulle part, alors quil vit bel et bien ici, même sil est incessamment renvoyé à un ailleurs dans lequel il est le plus souvent enfermé ».  

Lhéritage de ces écritures permet de créer une nouvelle réalité à ceux qui en sont les acteurs, écrivains ou lecteurs.

À force dhabiter le monde de leurs propres mots, les écritures migrantes contribuent au développement d’échanges culturels dont la porosité est nécessaire si lon souhaite continuer à entretenir une idéologie égalitaire, du moins, vraisemblable.  

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s