Actualités

Avril : mois de la sensibilisation de l’autisme

Habituellement synonyme du printemps (qui se fait malheureusement attendre cette année), le mois d’avril est également le mois de la sensibilisation de l’autisme.

Celui-ci avait mal auguré par l’annonce de Walmart qui souhaitait congédier ses employés ayant une déficience intellectuelle. Si cette histoire s’est bien terminée pour ceux travaillant dans des succursales au Québec, l’affaire a jeté un grand froid. Toutefois, les organismes ne se sont pas laissés abattre. Ils ont continué leur excellent boulot et proposent de nombreux évènements.

Avant de poursuivre sur le vif du sujet, une définition de l’autisme et la présentation de quelques statistiques s’imposent.

Qu’est-ce que l’autisme ?

Le trouble du spectre de l’autisme fait partie de l’ensemble des troubles neurologiques. Habituellement présent dès la petite enfance, il se remarque aisément à l’entrée de l’école. Les autistes ont des difficultés dans deux sphères particulières : dans le domaine de la communication (cognitives) ainsi que les interactions sociales. Leurs champs d’intérêt et les activités auxquelles ils participent sont souvent restreints ou répétitifs. Le degré d’atteinte ainsi que les manifestations peuvent varier d’une personne à l’autre, mais aussi avec l’âge.

Quelques données  

Basé sur des données qui datent de l’année 2015, le nouveau rapport « Trouble du spectre de l’autisme chez les enfants et les adolescents au Canada 2018 » de l’Agence de la santé publique du Canada a révélé en mars dernier qu’un enfant québécois sur 64, âgé de 5 à 17 ans, a reçu un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme (TSA).

Dans cette même publication, on apprend que cette condition affecte près de 1,4 % de la population. Elle est quatre fois plus constatée chez les garçons que chez les filles, bien que certaines études penchent plutôt vers l’hypothèse suivante : les TSA sont simplement plus difficiles à remarquer chez les filles que chez les garçons, ce qui pourrait expliquer cet écart.

Autre fait : selon la Fédération Québécoise de l’autisme, les enfants touchés par les TSA font partie de la catégorie d’élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) la plus représentée au Québec. Le nombre de cas est trois fois plus élevé que la déficience langagière et dix fois plus que celle qui est intellectuelle.

Participez !

Tout au long du mois, les gens sont invités à porter du bleu ainsi qu’à se procurer une épinglette arborant un ruban constellé de motifs de pièces de casse-têtes. Vendue par certains organismes, elle symbolise la complexité et les mystères entourant les TSA, la diversité des individus vivants avec le spectre de l’autisme.

De nombreuses activités sont planifiées partout au Québec, notamment par les associations régionales : des concerts, des séances de zoothérapie, par diverses organisations publiques et privées. À Montréal, le 28 avril à 12 h 30, la population est invitée à participer à une marche de sensibilisation. Elle se déroulera à Place du Canada (Rue Peel et rue de La Gauchetière).

Sur les réseaux sociaux, deux hashtags ont particulièrement circulé lors du 2 avril 2018 : #Autisme et #TousEnBleu. Les gens sont également conviés à changer leur photo de profil sur Facebook afin d’encourager la cause. Pour se faire, vous pouvez visiter la page de Tous en bleu/Solidarité autisme et vous diriger sur la publication épinglée. Il suffit par la suite de cliquer sur le bouton essayer.

Il est possible de faire des dons par le biais des organismes. Entre autres, New Look commandite une campagne de fonds réalisée par Le monde de Benjamin. Cette page est tenue par Benjamin Gratton, le fils autiste de Mathieu Gratton et Patricia Paquin. Il publie des capsules drôles et émouvantes qui prouvent que les TSA n’empêchent pas les personnes de se dépasser. Pour contribuer, textez benjamin au 45678. Par la suite, un message vous demandera de confirmer le montant de votre don. L’argent sera remis à la Fondation de l’autisme.   

Pour en savoir plus

Pour ne nommer qu’eux, vous pouvez visiter la page web d’Autisme de l’Est-du-Québec, Autisme Montréal et même Autisme Québec.

Pour les fervents lecteurs, voici deux recommandations de livres :

La différence invisible par Julie Dachez et Mademoiselle Caroline. (Bande dessinée)

L’autisme expliqué aux non-autistes par les auteurs Brigitte Harisson et Lise St-Charles.

Un blogue tenu par un père d’un enfant autiste écrit sur ce sujet sérieux avec quelques touches humoristiques : https://papautisme.com/. Ce papa, Patrice Saucier, est également un journaliste et un rédacteur. Il a sorti tout récemment un livre intitulé Papautisme — quand un père s’en mêle.

Malgré l’absence de soleil, nous vous souhaitons un beau mois d’avril aux éclats de lumière bleutée !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s