Actualités

La représentation de la diversité dans les jeux vidéos

L’arrivée de l’E3, l’Electronic Entertainment Expo le 12 juin, ramène la question de la diversité dans les jeux vidéos. Quels sont les effets de ce manque ?

Selon Cale Passmore de l’Université de Saskatchewan, cette sous-représentation aurait des effets psycho-sociaux négatifs auprès des joueurs non blancs. Il obtient ces résultats suite à une étude sur les perceptions des joueurs de divers milieux culturels. Des personnages stéréotypes jusqu’aux avatars qui n’offrent aucun autre attributs que ceux typiquement blancs, la perception et l’expérience de jeu seraient influencées par une variété de facteur.

Le chercheur explique comment certaines différences qui semblent inoffensives peuvent avoir des conséquences plus graves. Un personnage asiatique, par exemple, n’est jamais représenté avec des comportements ou des expressions faciales provenant de son héritage culturel. Les personnes sondées par Passmore montrent que ces incohérences sont belles et bien perçues.

consulting-1739639_960_720

Ce « blanchiment » des comportements serait devenu normal dans les médias à un point tel que plusieurs stéréotypes non intentionnels sont créés. En revanche, lorsqu’un jeu permet de jouer un personnage d’un autre héritage, et bien représenté, les joueurs affirment qu’ils se sentent davantage impliqués.  

Malgré la demande grandissante pour des jeux inclusifs, moins 1% des jeux AAA – classification pour les jeux dotés d’un budget de développement et de promotion élevé – ont un personnage principal non blanc, alors que 83% d’adolescents afro-américains et 69% d’adolescents latinos jouent aux jeux vidéo. Le manque de diversité n’est pas en voie de s’améliorer même si, selon l’étude de Cale Passmore, les joueurs blancs sont assez bien représentés qu’ils envisagent sans problème de jouer des personnages avec des héritages culturels différents.

Dans le domaine des jeux vidéos, il y a une perception que les jeux avec un personnage principal non blanc ne se vendent pas autant que les autres. Par contre, des jeux comme The Walking Dead, sorti en 2012 avec une suite en 2016, prouve qu’un jeu avec un personnage afro-américain ou latino peut connaitre un énorme succès malgré tout.

L’E3 a beaucoup été critiqué l’an passé pour son manque de diversité, autant dans les jeux que sur la scène de l’exposition. Cette année, seule la compagnie Bethesda, connue pour la production de séries comme The Elder Scrolls et Fallout, promet plus de diversité et d’inclusion, sans préciser comment elle y arrivera. Les autres studios n’ont pas fait de promesse du genre.

Pour plus de détails sur les études de Cole Passmore de l’Université de Saskatchewan : http://hci.usask.ca/people/view.php?id=420

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s