Actualités

Hommage à la littérature marocaine nationale

C’est sous la bannière « la culture plurielle au service du vivre ensemble » que s’est tenue la première édition du Salon du livre et de la littérature marocaine au Centre culturel marocain Dar Al Maghrib à Montréal du 17 au 28 avril. 

Organisé en partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication du Maroc, l’Union Professionnelle des éditeurs du Maroc et E-Passerelle, ce nouveau salon est une occasion pour le grand public de s’immerger dans la culture marocaine et de découvrir des auteurs d’ailleurs.

Que ce soit Kamal Benkirane, Tahar Ben Jelloun, Yasmine Chami, Najib Redouane ou encore Driss Chaibi, plus de 1 000 titres d’auteurs étaient à portée de main pour les visiteurs. De plus, la présence d’écrivains tels que Rachida Azdouz, Driss Jaydane ou Najib Redouane ont permis de promouvoir la littérature marocaine nationale au Canada.   

À la découverte du Maroc

Par l’entremise de conférences ou de tables rondes animées par des intellectuels marocains et canadiens, plusieurs questions ont été abordées comme la gestion de la diversité au Maroc, le rôle des intellectuels dans la promotion du vivre ensemble et le dialogue interculturel. Dans la conférence portant sur le constitutionnalisme marocain, l’histoire du Maroc, racontée par le politologue Ismail Harakat, donne lieu à de nombreux questionnements notamment à savoir si le vivre ensemble est le même au Québec et au Maroc. Pour le politologue, « c’est une partie intégrante du Québec qui se retrouve à tous les échelons de notre vie ». Au Maroc, le vivre ensemble est un terme nouveau pour les marocains qui ont vu leur pays se transformer radicalement, passant d’une terre d’émigration à une terre d’immigration.

Capture d’écran 2018-05-02 à 08.29.38
Centre culturel marocain, crédit : Emma Jaquet

La culture a aussi été évoquée comme étant la solution contre l’obscurantisme et la xénophobie.

En effet, la culture tient un rôle fondamental dans la diffusion des valeurs de tolérance et de dialogue. Un meilleur encadrement des nouvelles générations permettrait de respecter davantage les principes fondamentaux.

Rencontre entre deux cultures

Alors que le Maroc était l’invité d’honneur du Salon international du livre de Québec, les voix maghrébines semblent ignorées des critiques littéraires.

Selon Najib Redouane, écrivain américano-canadien d’origine marocaine, on doit connaître la culture d’ailleurs et la critique doit être plus large. Dans un communiqué émis par le Ministère de la culture et de la communication du Maroc, « La présence du Maroc, en tant qu’invité d’honneur, au Salon international du livre de Québec, concrétise le dialogue […] entre la culture marocaine […] et la géographie culturelle canadienne diversifiée ».

Les divers événements mettant en vedette le Maroc sont l’occasion d’échanger sur deux cultures et de créer un pont entre la littérature marocaine et canadienne.

Capture d’écran 2018-05-02 à 08.29.49
Crédit : Emma Jaquet

À travers ces activités, le Salon du livre et de la littérature marocaine a démontré sans l’ombre d’un doute que la littérature, peu importe sa forme, illustre la résilience et la résistance face aux injustices, en témoigne la conférence de Najib Redouane : « L’écriture est salvatrice. Si je n’avais pas ça, j’aurais perdu la raison ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s