Portrait

Portrait de Tanobla Badou : Devenir entrepreneure pour se dépasser

Le 2 avril 2018, le premier restaurant de cuisine ouest-africaine a ouvert ses portes à Québec. Fondé par deux immigrants originaires d’Afrique de l’Ouest, le restaurant reflète dans son titre, T&B’s, un partenariat fructueux entre ses deux propriétaires : Tanobla Badou, originaire de la Côte d’Ivoire, et Bouba Tone, originaire du Burkina Faso.

Situé dans le quartier Saint-Roch, connu pour sa mixité sociale, T&B’s Restaurant (acronyme de leur initiales respectives) représente un lieu idéal pour découvrir des traditions culinaires et culturelles de l’Afrique de l’Ouest et pour entretenir des échanges culturels enrichissants. Pour connaître les facteurs de motivation qui ont poussé les deux immigrants bientôt tous les deux trentenaires à se lancer dans la jungle du monde des affaires, Média D a rencontré Tanobla Badou.

Vaincre la peur de l’inconnu grâce au soutien des parents

« Quand je suis arrivée au Canada en 2012 à l’âge de 23 ans, une jeune fille toute frêle et naïve, je n’ai pas pensé du tout au chemin de l’entrepreneuriat. Mon but était de poursuivre mes études en géologie pour ensuite exercer mon métier», nous fait part Tanobla.

« Cependant, après avoir terminé mon baccalauréat à l’Université du Québec à Montréal en 2014  et ne pas avoir décroché d’emploi dans mon domaine [un scénario fréquent pour plusieurs immigrants diplômés], j’ai pensé sérieusement retourner dans mon pays natal. Restant au pays de neige éternelle, loin de la chaleur du foyer familial, je me suis sentie complètement seule, perdue, désorientée. Étant pessimiste sur mon futur au Canada, dans une de mes conversations téléphoniques avec mes parents, je leur ai annoncé ma décision ‘‘définitive’’ de retourner en Côte d’Ivoire. Mais, à ma grande surprise, ils m’en ont dissuadée », nous révèle Tanobla.

« Certes, tu peux toujours revenir, mais assure-toi, d’abord, d’avoir fait tout ce qui est possible pour ne pas regretter plus tard ta faiblesse du moment. Aujourd’hui, ton présent te semble sombre, insupportable, mais demain, si tu persévères et innoves, tu trouveras ton chemin, le chemin à toi », la raisonnaient ses parents.

Grâce à ces paroles et à leur soutien inconditionnel ultérieur, dont elle est très reconnaissante, une jeune femme a bravé sa peur et a continué à chercher sa voie.

Miser sur un bon partenaire d’affaires

Tanobla et Badou
Partenariat d’affaires fiable basé sur la complémentarité – Photo courtoisie de Tanobla Badou

« Graduellement, mon cercle d’amis à Montréal s’est élargi et, parmi ces amis, j’ai rencontré celui qui m’a transmis sa passion pour les affaires », nous raconte Tanobla. Gérant chez Tim Hortons depuis quelques années à Montréal, Bouba Tone, après avoir acquis une expérience solide en gestion de chaine de restauration rapide, a chéri le rêve de voler de ses propres ailes, mais, faute de motivation et de temps, il n’a pas osé se lancer.

À partir de 2016, Tanobla et Bouba ont commencé à réfléchir sérieusement à un projet commun d’entrepreneuriat. Un an plus tard, ces deux complices se sont retrouvés sur les bancs d’école pour suivre la formation spécialisée en création d’entreprises à Montréal. Très pratique, basée sur un accompagnement personnalisé et des rencontres avec des entrepreneurs d’expérience, cette formation leur a permis de bien se préparer au lancement de leur entreprise et, le plus important, leur a donné la confiance de se propulser. Encore aujourd’hui, ils consultent leurs notes de cours et restent en contact avec leurs formateurs.

Dans leur partenariat d’affaires, Tanobla et Bouba forment une équipe très complémentaire.

Créative, analytique et perfectionniste (« Tout rêve se doit d’être accompli avec excellence » est la devise de Tanobla), une jeune femme est responsable de la conception des recettes et de leur présentation esthétique ainsi que des relations avec les fournisseurs et de la gestion.

En revanche, Bouba, un homme d’action, s’occupe du marketing, du développement du site web et des relations avec les clients. Dans le cas de problèmes à résoudre, grâce à leur mode de réflexion commune, les deux entrepreneurs trouvent de meilleures solutions.

Penser à soi et penser à d’autres

Durant leur analyse de marché, Tanobla et Bouba se sont rendu compte du manque flagrant de restaurants africains à Montréal (selon Tripadvisor, on en compte seulement dix) et à Québec (on en trouve seulement un) par rapport à d’autres restaurants ethniques, d’où cet intérêt d’occuper cette niche de marché vacante et prometteuse. Entre ces deux villes, leur choix s’est arrêté sur Québec, jugée comme étant la ville la plus tranquille, sécuritaire et plus favorable aux entrepreneurs : selon le dernier classement des villes entrepreneuriales en 2015, réalisé par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, la ville de Québec a obtenu la côte 45,9, alors que Montréal  ̶  36,1.

En ce qui concerne le concept du restaurant, comme Tanobla l’explique, T&B’s représente un type hybride, en combinant les traits de la restauration rapide (le service au comptoir, le temps de préparation moyen de 9 min) et de la cuisine traditionnelle (certains plats sont préparés dans le four, sans gras, et c’est possible de goûter des jus, salades et desserts faits sur place).

Répas
Poisson entier, Attiéké, Alloco, Riz aux Épices T&B’s

La minimisation des risques environnementaux et le tissage de liens avec la communauté locale sont au centre des valeurs de Tanobla et Bouba. Pour diminuer le gaspillage alimentaire et assurer une meilleure gestion des déchets, T&B’s a signé des ententes avec des organismes à but non lucratif pour que ces derniers récupèrent les huiles usagées et les repas non vendus.

Dans un esprit de développement durable, T&B’s  accorde la priorité aux producteurs québécois comme fournisseurs, dans la mesure du possible. Afin de favoriser des rencontres interculturelles, T&B’s offre à ses visiteurs des jeux de société joués typiquement sur le continent de l’avenir et des livres écrits par des auteurs africains. Des concerts de groupes de musique de toutes saveurs culturelles et des soirées à thème sont envisagés dans leur projet de développement.

Chasser des nuages à l’horizon

Entreprendre, c’est risqué, et entreprendre dans le secteur de la restauration, c’est davantage risqué. Selon l’Indice entrepreneurial québécois 2017, 60 % des propriétaires québécois ferment leur entreprise avant qu’elle ne franchisse le cap des cinq ans. Dans la restauration, après cinq ans d’exploitation, ce chiffre grimpe à 71 %, nous dévoile l’Association des restaurateurs du Québec.

Le pire sort est réservé toutefois aux immigrants en tant que propriétaires d’entreprises : dans la fenêtre des 5 années suivant l’ouverture d’une entreprise, 76 % d’entre eux ferment leurs portes, selon l’Indice entrepreneurial québécois 2016 du Réseau M.

Entièrement au courant de cette statistique décourageante, Tanobla ne perd  cependant pas son optimisme. Malgré quelques difficultés financières (Tanobla et Bouba ne s’appuient que sur leurs propres ressources financières), Tanobla et Bouba croient que de bonnes valeurs morales, la fiabilité des partenaires d’affaires, la persévérance et le soutien de leur famille et de leurs amis les aideront à surmonter toutes les difficultés. Admirative devant cette résilience, la rédaction de Média D leur souhaite sincèrement bonne chance dans leur projet.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s