Portrait

Être une jeune immigrante diplômée au Québec

D’origine nigérienne, Habsouta quitte en 2013 la capitale, Niamey, où elle a grandi pour venir faire ses études universitaires au Québec. Elle a 18 ans. Quatre ans plus tard à seulement 22 ans, un diplôme d’Ingénieur en poche, elle décide de s’y établir professionnellement. 

Habsouta est maintenant une jeune femme active qui n’a qu’une idée : rencontrer des situations diverses et acquérir de l’expérience. Pour elle, être une femme noire n’est pas une double fatalité, il faut se battre pour s’accomplir. Ce message, elle souhaite que toute la diaspora africaine s’en imprègne. C’est pourquoi aujourd’hui elle souhaite s’ouvrir sur sa propre expérience qui, elle l’espère, fortifiera les ambitions des jeunes diplômé(e)s ou futurs diplômé(e)s africain(e)s au Québec. 

Média D : Habsouta, tu es née au Niger et tu y as passé tes premières 18 années. Peux-tu nous en dire un peu plus sur le chemin que tu as parcouru depuis l’obtention de ton DEC (équivalent au baccalauréat en France et au Niger) jusqu’ici? 

Habsouta : résumer 5 années en une réponse n’est pas très facile (rires) mais je vais tâcher d’abréger. Je suis arrivée au Québec en septembre 2013, pour entamer un Baccalauréat en Génie Chimique (B.Ing) à l’Université Laval. C’était la première fois que je venais au Canada. Ma première année universitaire était plutôt une année d’adaptation à un nouvel environnement, un autre mode de vie. Durant ma deuxième année, j’ai vite réalisé que l’expérience professionnelle était importante, alors pendant l’été, je me suis trouvé un job étudiant. Ensuite, au cours de ma troisième année, j’ai fait un stage de recherche à l’Université, puis j’ai travaillé durant une session en tant qu’auxiliaire de recherche. Par la suite, j’ai été employée au service de placement de l’Université. En parallèle, j’ai été Vice-présidente pour l’organisation d’un colloque sur l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat de la jeunesse africaine qui regroupait plusieurs universités. 

Enfin, à ma 4e année, j’ai gradué à la cérémonie de remise de jonc qui est la cérémonie de prestation de serment à l’ordre des ingénieurs. C’est en septembre 2017 que j’ai trouvé un emploi en accord avec mon diplôme, 4 ans après mon arrivée au Québec.

Média D : les études scientifiques ont toujours été une évidence pour toi, qu’est ce qui t’attire autant dans les sciences ? 

« Mon environnement familial m’a également influencé, car j’ai grandi dans une famille de scientifiques » 

Habsouta : disons que j’aime la logique derrière les sciences. Je suis attirée par les choses concrètes et je préfère simplement résoudre une équation qu’écrire une dissertation. Mon environnement familial m’a également influencé, car j’ai grandi dans une famille de scientifiques. Mon père est ingénieur nucléaire, mon frère aîné est ingénieur pétrolier et ma mère a fait des études en électrotechnique. 

Média D : en tant que femme noire et musulmane quels ont été les défis auxquels tu as dû faire face durant tes études ? Ta recherche d’emploi ? 

Habsouta : les difficultés liées aux études n’étaient pas nombreuses. À l’université, il y avait des étudiants qui venaient de divers horizons. De plus, il y avait très peu d’étudiants dans mon programme d’étude ce qui rendait les professeurs très disponibles. 

« La vraie difficulté, c’est dans le monde professionnel » 

La vraie difficulté, c’est dans le monde professionnel. Qu’il s’agisse d’un stage ou d’un travail, c’est désolant, mais être noire et porter un voile peut te disqualifier lors d’une entrevue. 

« C’est désolant, mais être noire et porter un voile peut te disqualifier lors d’une entrevue » 

Pourtant, ma couleur de peau ou mon voile ne font pas de moi une employée moins compétente. Heureusement qu’il y a des entreprises qui ne partagent pas ces préjugés, c’est pourquoi une femme comme moi peut quand même avoir un stage ou un travail au Québec. 

Média D : quels conseils donnes-tu aux jeunes lycéens qui veulent faire leurs études supérieures au Québec ? 

Habsouta : mon premier conseil ce serait de s’y prendre à l’avance. Les échéances pour déposer les demandes d’admission se présentent plus tôt qu’on ne le pense. Par exemple, pour la rentrée d’automne en septembre, il faut faire sa demande d’admission durant les mois de janvier ou février au plus tard. Il en est de même pour les documents d’immigration, il faut s’y prendre tôt. Mon deuxième conseil est de bien choisir son programme d’études et de se renseigner sur les prérequis nécessaires pour étudier dans le programme choisi. 

Média D : les attentes, que tu avais par rapport aux études au Québec, ont-elles été atteintes ? 

Habsouta : oui, avant de venir j’avais déjà une idée de la qualité des études au Québec. J’ai beaucoup appris et j’ai hérité d’une méthodologie de travail que je développerai avec l’expérience. Je suis contente d’avoir choisi d’étudier ici et si c’était à refaire, je le referai. 

Média D : selon toi qu’est-ce que la diaspora nigérienne peut apporter de plus au Québec ? 

« La majorité de la diaspora nigérienne est très jeune et estudiantine ce qui en fait une communauté érudite » 

Habsouta : tout comme le Québec, le Niger est francophone. Donc les immigrants nigériens n’ont pas à apprendre le français et peuvent directement mettre à profit leurs capacités. La majorité de la diaspora nigérienne est très jeune et estudiantine ce qui en fait une communauté érudite. Sans oublier qu’ils apportent avec eux, tout comme la diaspora africaine en général, divers folklores qui donnent de nouvelles nuances à la société québécoise. Quoi de plus ennuyeux qu’une société dans laquelle tout le monde se ressemble ? (rires) 

C’est sur cette belle note de fin que se termine cette interview. Cependant, je souhaite ajouter une dernière note adressée à tous les jeunes immigrants comme Habsouta et comme moi : portez fièrement votre identité, car quand on sait d’où l’on vient, on sait plus facilement où l’on va. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s