Actualités

La petite fille au rêve hollywoodien

Inspiré par une jeune serveuse ukrainienne rencontrée dans un restaurant aux États-Unis, Najib Redouane raconte sans filtre le récit de Tina qui pourrait se prêter à bien des histoires d’immigrants, des histoires d’oubliés.  

L’auteur américano-canadien d’origine marocaine nous plonge dans une Amérique submergée par la crise économique de 2008 et presque remise des attentats du 11 septembre où Tina, une jeune ukrainienne, tente de se frayer un chemin vers son rêve : devenir actrice. Elle souhaite célébrité et argent dans un pays où tout est possible. Éprise d’un jeune américain, Tina quitte sa terre natale et sa famille pour immigrer à Los Angeles, aux États-Unis.

Innocence et naïveté l’amèneront vers une route cahoteuse où elle devra faire preuve de résilience et combattre les injustices. Elle comprendra rapidement que la jungle californienne est remplie de désespoir et de désillusions.

bk100938

Amère america

À travers une écriture riche et poétique, l’auteur réussit à transmettre la solitude et le désarroi qui envahissent la jeune ukrainienne. Cependant, l’aspect répétitif de la souffrance et l’isolement de Tina peut éventuellement agacer le lecteur. Dès son arrivée à Los Angeles, elle découvre un monde de surconsommation où se côtoient inégalités sociales, intolérance et racisme. C’est au sein de la famille de son mari qu’elle subit les premiers commentaires racistes et les regards désapprobateurs. Peu à peu, ses expériences de travail, ses échecs amoureux et les humiliations transformeront radicalement la jeune femme et révèleront son côté sombre.

auteur-najib-photo-du-auteur_black_white_225

Outre le récit de Tina, l’écrivain illustre une époque brisée par les conflits tant en Ukraine qu’aux États-Unis ou au Moyen-Orient. Bien que nous soyons peu familiers avec l’histoire de l’Ukraine, de simples explications concernant la Révolution orange ou la crise parlementaire permettent de comprendre pourquoi la famille de Tina semble terrorisée. D’ailleurs, ce climat de terreur subsiste tout au long du roman et cette terreur mène inévitablement à la haine de l’Autre, une attitude qui perdure dans le temps.

Après À l’ombre de l’eucalyptus (2014), L’année de tous les apprentissages (2015) et Le legs du père (2016), Najib Redouane se penche sur la difficulté d’intégration pour un immigrant et dévoile l’envers du rêve américain. Ce cinquième roman explore les comportements les plus sombres de l’humain jusqu’à frôler la perversion et nous amène à réfléchir sur le sort que l’on réserve aux immigrants.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s