Actualités

Comment bien définir l’ethnicité ?

L’ethnicité, terme neutre pour désigner le caractère d’une population, peut être définie selon deux points de vue différents. Comment s’y retrouver ?

Le premier est caractérisé par l’utilisation des termes dits subjectifs comme la langue, le territoire, les valeurs, les traditions, l’origine commune et le sentiment de solidarité d’un peuple. Cette vision de l’ethnicité, plutôt isolante, peut être employée pour définir certains groupes. La situation est en réalité plus complexe, comme chez les Tsiganes, par exemple, qui ne possèdent pas de territoire bien à eux, mais où tous les peuples voisins se distinguent de ces derniers même s’ils parlent une langue commune.

Le plus grand reproche de ce point de vue est qu’il mène vers le « racisme ». Certains vont voir le changement culturel, phénomène normal, comme un appauvrissement de sa propre culture.  

Cette théorie, qualifiée par plusieurs de réductrice, s’est fondée principalement sur l’étude des peuples d’Europe et des États-Unis, alors qu’il faut en prendre davantage en considération. Elle ne tient pas compte des rivalités présentes dans un même groupe ethnique également.

Le deuxième point de vue, proposé par Fredrik Barth, utilise ce qu’il qualifie de « frontières ethniques », c’est-à-dire les signes distinctifs, mais fluctuants, d’un peuple. Le chercheur affirme ainsi qu’il faut définir les différents groupes d’individus en opposition les uns avec les autres plutôt que de trouver un « cœur culturel » à chacun. Cette vision tiendrait compte des termes dits subjectifs tels que les sentiments, les attitudes et les perceptions en plus des termes objectifs comme la langue et le territoire.

Cette deuxième vision, également réductrice, ne prend pas en compte les différences individuelles. En effet, il n’y a pas que des différences entre groupes, mais aussi au sein d’un même groupe. Ce qu’une personne considère comme appartenant à sa culture peut ne pas l’être pour une autre. L’opinion doit être partagée avec un nombre suffisant d’individus.

En plus des critiques énumérées précédemment, des facteurs politiques ou économiques peuvent influencer la vision que le peuple a de lui-même. Certains individus vont, de plus, entretenir des liens plus amicaux avec des étrangers d’un autre groupe que des congénères rivaux.  

Pour bien définir le concept de l’ethnicité, il convient de prendre en compte ces deux points de vue parce que, malgré la mondialisation, la référence à l’ethnie ne semble pas disparaitre. Elle tend, au contraire, à se renforcer. Le sentiment d’appartenance de certaines communautés locales peut même devenir plus fort qu’auparavant.

 

Pour poursuivre la lecture :

FORMOSO, Bernard. Débats sur l’ethnicité, Éditions Sciences humains, 2004.

OAKES, L, et J, WARREN. Identité ethnique, ethnicité et groupe ethnique, 2009.

JUTEAU, D. La sociologie des frontières ethniques en devenir, 1999.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s