Les immigrants restent moins bien payés au Canada | Média D
Restons connectés

Actualités

Les immigrants restent moins bien payés au Canada

Publié il y a

le

Les immigrants doivent faire face à plus d’obstacles à l’emploi que les personnes nées au Canada. Rien de nouveau me direz-vous, mais on apprend aujourd’hui que les immigrantes sont encore plus marginalisées et moins bien payées.

Les données compilées par le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion démontrent qu’un écart persiste entre les femmes nées au Canada et les immigrantes, même pour celles qui demeurent au pays depuis plusieurs années.

Selon ces données, les nouvelles arrivantes seraient majoritairement des épouses « d’immigrants économiques ou des réfugiés ».

Le rapport du ministère conclut ainsi que les politiques actuelles de sélection des programmes d’immigration ne misent pas suffisant sur la valeur économique de ces femmes immigrantes.

Le principal défi reste l’intégration au marché du travail 

Les exemples ne manquent pas pour démontrer à quel point les personnes immigrantes ne subissent pas le même processus d’embauche ou intégration sur le marché du travail que versus des personnes nées au Canada.

Ce rapport souligne également que les obstacles à l’emploi demeurent pour les enfants d’immigrants, particulièrement pour les minorités visibles, même si ces immigrants de deuxième génération sont plus instruits que les jeunes nés au Canada. Comme les femmes immigrantes, les jeunes des minorités visibles gagnent moins que les jeunes Canadiens nés au pays.

Mais selon les données de ce rapport, la situation des immigrants tend à s’améliorer dans l’ensemble, même si des disparités subsistent.

Le revenu annuel des travailleurs immigrants hautement qualifiés dépasse le revenu moyen des Canadiens peu de temps après leur arrivée au Canada, et ne cesse d’augmenter par la suite. En revanche, le revenu des immigrantes ou des personnes qui n’immigrent pas dans le cadre du programme économique, mettent plus de temps à agrémenter leur situation financière.

Les réfugiés restent les personnes les plus vulnérables tant sur l’intégration dans le marché du travail que dans l’obtention de revenus.

Actualités

Québec veut autoriser les universités à augmenter les droits de scolarité pour étudiants étrangers non-francophones

Published

on

Le gouvernement du Québec a présenté la semaine passée de nouvelles mesures concernant l’enseignement supérieur au Québec, qui s’inscrivent dans le plan quinquennal mis sur pied en vertu des mandats stratégiques entre Québec et les universités.

Le gouvernement du Québec souhaite désormais autoriser les universités à augmenter les frais de scolarité pour les étudiants étrangers non francophones, à l’exemption donc des étudiants français et belges qui bénéficient d’une entente spéciale.

De plus, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a également annoncé une aide supplémentaire de 1,5 milliard de dollars pour les universités québécoises sur la période 2022-2023, en vue d’accueillir davantage d’étudiants étrangers.

Une aide directe de 22,8 millions de dollars sera d’ailleurs entièrement consacrée aux établissements francophones du Québec, pour permettre d’accueillir environ 2500 nouveaux étudiants étrangers.

Continuer à lire

Actualités

Baisse du taux de chômage chez les immigrants au Québec

Published

on

Le taux de chômage chez les immigrants au Québec continu de baisser ces dernières années, il est ainsi passé de 12,4% en 2011 à 8,7% pour 2017. Malgré des chiffres encourageants, ce taux reste nettement plus élevé que pour les personnes nées au Québec.

Le vieillissement de la population et les nombreux départs à la retraite sont des raisons pour lesquelles, le Québec a besoin de main d’oeuvre étrangère ce qui passe notamment par l’immigration.

Malgré des discriminations à l’embauche qui persistent, notamment chez les personnes immigrantes originaires du Maghreb, les immigrants ont un large avantage sur le marché du travail au Québec.

Le taux de chômage chez les immigrants originaires du Maghreb est passé de 17,3% les années précédentes, à 11,5% en 2017.

Au delà des chiffres, les experts soulignent que la difficulté de reconnaissance d’expériences et de diplômes étrangers au Québec participent à maintenir un taux de chômage élevé chez les populations immigrantes.

Continuer à lire

Actualités

Visite guidée du Musée des beaux-arts de Montréal

Published

on

Visite guidée des nouvelles expositions au Musée des beaux-arts de Montréal. 

Continuer à lire
Publicité
Publicité
Publicité

Facebook

Publicité

Infolettre

Le meilleur de nos articles à chaque semaine

POPULAIRES