Les musulmans moins aimés au Québec que dans les autres provinces | Média D
Restons connectés

Actualités

Les musulmans moins aimés au Québec que dans les autres provinces

Publié il y a

le

Les Québécois aiment moins les musulmans et les autochtones que les autres provinces au Canada, selon une étude ontarienne qui compile de nouvelles données.

L’étude de Sarah Wilkins-Laflamme, une sociologue de l’Université de Waterloo, vient de publier les résultats surprenants de sa recherche : les Québécois aiment moins les musulmans et les autochtones que les habitants des autres provinces, mais restent plus ouverts aux homosexuels.

L’étude repose sur une échelle de 100, où les répondants évaluent s’ils aiment ou non les membres de différentes communautés, explique la chercheuse dont les résultats viennent d’être publiés également dans la revue de la Société canadienne de sociologie.

La chercheuse voulait obtenir de nouvelles données diversifiées, en incluant les musulmans dans sa recherche.

Certes les Québécois apparaissent plus négatifs à l’encontre des musulmans, mais pour autant les musulmans au Québec ne semblent pas vivre plus de discrimination qu’ailleurs au Canada selon son constat. En 2014, 21,8 % des musulmans rapportaient avoir vécu de la discrimination au Québec contre 17,8 % en Ontario et 21,9 % dans l’Ouest.

Les musulmans formaient 3,2 % de la population québécoise en 2011 et 4,6 % de la population ontarienne. C’est dans les Maritimes qu’ils seraient le plus discriminés au pays, dû notamment à leur petit nombre.

57 % des Québécois aimaient moins les musulmans que les autres minorités visibles en 2011

50 % des Québécois aimaient moins les musulmans que les autres minorités visibles en 2015

40 % des Ontariens aimaient moins les musulmans que les autres minorités visibles en 2011

33 % des Ontariens aimaient moins les musulmans que les autres minorités visibles en 2015

Mais la chercheuse tient à souligner le « vernis de bonheur » pour expliquer ses écarts entre provinces, soit la tendance que les Canadiens anglais sont plus enclins envers les différents groupes de la société, comparément à la population francophone. Une différente très présente dans les études et bien connue par les sociologues.

Les Québécois accordent par exemple 80 % aux Blancs, 68 % aux minorités visibles et 56 % aux musulmans, alors qu’en Ontario on est à à 84 % pour les Blancs, 78 % pour les minorités visibles et 70 % pour les musulmans.

Actualités

Québec veut autoriser les universités à augmenter les droits de scolarité pour étudiants étrangers non-francophones

Published

on

Le gouvernement du Québec a présenté la semaine passée de nouvelles mesures concernant l’enseignement supérieur au Québec, qui s’inscrivent dans le plan quinquennal mis sur pied en vertu des mandats stratégiques entre Québec et les universités.

Le gouvernement du Québec souhaite désormais autoriser les universités à augmenter les frais de scolarité pour les étudiants étrangers non francophones, à l’exemption donc des étudiants français et belges qui bénéficient d’une entente spéciale.

De plus, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a également annoncé une aide supplémentaire de 1,5 milliard de dollars pour les universités québécoises sur la période 2022-2023, en vue d’accueillir davantage d’étudiants étrangers.

Une aide directe de 22,8 millions de dollars sera d’ailleurs entièrement consacrée aux établissements francophones du Québec, pour permettre d’accueillir environ 2500 nouveaux étudiants étrangers.

Continuer à lire

Actualités

Baisse du taux de chômage chez les immigrants au Québec

Published

on

Le taux de chômage chez les immigrants au Québec continu de baisser ces dernières années, il est ainsi passé de 12,4% en 2011 à 8,7% pour 2017. Malgré des chiffres encourageants, ce taux reste nettement plus élevé que pour les personnes nées au Québec.

Le vieillissement de la population et les nombreux départs à la retraite sont des raisons pour lesquelles, le Québec a besoin de main d’oeuvre étrangère ce qui passe notamment par l’immigration.

Malgré des discriminations à l’embauche qui persistent, notamment chez les personnes immigrantes originaires du Maghreb, les immigrants ont un large avantage sur le marché du travail au Québec.

Le taux de chômage chez les immigrants originaires du Maghreb est passé de 17,3% les années précédentes, à 11,5% en 2017.

Au delà des chiffres, les experts soulignent que la difficulté de reconnaissance d’expériences et de diplômes étrangers au Québec participent à maintenir un taux de chômage élevé chez les populations immigrantes.

Continuer à lire

Actualités

Visite guidée du Musée des beaux-arts de Montréal

Published

on

Visite guidée des nouvelles expositions au Musée des beaux-arts de Montréal. 

Continuer à lire
Publicité
Publicité
Publicité

Facebook

Publicité

Infolettre

Le meilleur de nos articles à chaque semaine

POPULAIRES