L’intégration de la diversité passe par l’emploi | Média D
Restons connectés

Actualités

L’intégration de la diversité passe par l’emploi

Publié il y a

le

Une table ronde regroupant une palette de personnalités a abordé, samedi au siège de l’Institut NéoQuébec à Montréal, la problématique de la diversité et son intégration dans la société d’accueil au Québec.

La perspective d’une année électorale contraindra sans doute les politiciens québécois à solliciter les groupes de la diversité culturelle. D’où, pour les organisateurs de l’événement, l’importance de tenir un tel débat.

La députée du Parti québécois, Carole Poirier, a d’entrée de jeu mis le doigt sur le véritable problème : l’intégration socioéconomique. Pour elle, l’intégration des immigrants passe par l’emploi. L’intervenante a déploré la sous-représentation de la diversité dans la fonction publique notamment, suggérant le CV anonyme pour lutter contre la discrimination à l’emploi.

Éric Emond, entrepreneur, croit pour sa part que le CV anonyme ne réglera pas le problème de la discrimination à l’emploi des immigrants. Le racisme systémique est une réalité au Québec, soutient-il. Par exemple, il trouve anormal qu’un cardiologue immigrant ne puisse pas travailler dans le secteur de la santé, même dans un poste inférieur, comme médecin généraliste.

Lamine Foura, ingénieur de son état, croit, lui, que le racisme systémique existe bel et bien, mais d’autres problèmes empêchent l’intégration effective des immigrants. L’orateur cite l’exemple de l’Ordre des ingénieurs où le gouvernement provincial peut intervenir pour éliminer tout aspect de discrimination. D’autres intervenants ont abondé dans le même sens. C’est le cas de l’universitaire Myrlande Pierre qui interpelle le citoyen pour faire pression sur les politiques publiques.

Mais au-delà de cet aspect économique qui, à bien des égards, pose des embuches pour les immigrants francophones, exclus de facto de certains secteurs d’activité réputés bilingues, il y a aussi la question de l’implication en politique des membres issus de la diversité culturelle. Ainsi, dans un tel contexte, les minorités visibles courent le risque d’être sacrifiées sur l’autel de calculs partisans.

La participation citoyenne s’avère la solution pour ramener au centre des débats les préoccupations des Néo-Québécois, déclarent les panélistes. D’où l’intérêt porté par les conférenciers sur les programmes d’intégration institutionnelle des immigrants à la vie collective.

Actualités

Québec veut autoriser les universités à augmenter les droits de scolarité pour étudiants étrangers non-francophones

Published

on

Le gouvernement du Québec a présenté la semaine passée de nouvelles mesures concernant l’enseignement supérieur au Québec, qui s’inscrivent dans le plan quinquennal mis sur pied en vertu des mandats stratégiques entre Québec et les universités.

Le gouvernement du Québec souhaite désormais autoriser les universités à augmenter les frais de scolarité pour les étudiants étrangers non francophones, à l’exemption donc des étudiants français et belges qui bénéficient d’une entente spéciale.

De plus, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a également annoncé une aide supplémentaire de 1,5 milliard de dollars pour les universités québécoises sur la période 2022-2023, en vue d’accueillir davantage d’étudiants étrangers.

Une aide directe de 22,8 millions de dollars sera d’ailleurs entièrement consacrée aux établissements francophones du Québec, pour permettre d’accueillir environ 2500 nouveaux étudiants étrangers.

Continuer à lire

Actualités

Baisse du taux de chômage chez les immigrants au Québec

Published

on

Le taux de chômage chez les immigrants au Québec continu de baisser ces dernières années, il est ainsi passé de 12,4% en 2011 à 8,7% pour 2017. Malgré des chiffres encourageants, ce taux reste nettement plus élevé que pour les personnes nées au Québec.

Le vieillissement de la population et les nombreux départs à la retraite sont des raisons pour lesquelles, le Québec a besoin de main d’oeuvre étrangère ce qui passe notamment par l’immigration.

Malgré des discriminations à l’embauche qui persistent, notamment chez les personnes immigrantes originaires du Maghreb, les immigrants ont un large avantage sur le marché du travail au Québec.

Le taux de chômage chez les immigrants originaires du Maghreb est passé de 17,3% les années précédentes, à 11,5% en 2017.

Au delà des chiffres, les experts soulignent que la difficulté de reconnaissance d’expériences et de diplômes étrangers au Québec participent à maintenir un taux de chômage élevé chez les populations immigrantes.

Continuer à lire

Actualités

Visite guidée du Musée des beaux-arts de Montréal

Published

on

Visite guidée des nouvelles expositions au Musée des beaux-arts de Montréal. 

Continuer à lire
Publicité
Publicité
Publicité

Facebook

Publicité

Infolettre

Le meilleur de nos articles à chaque semaine

POPULAIRES