"N’aie pas peur, OSE !" : Entrevue avec les fondatrices du Salon International de la femme noire | Média D
Restons connectés

Actualités

« N’aie pas peur, OSE ! » : Entrevue avec les fondatrices du Salon International de la femme noire

« C’est le moment où l’on unis nos voix, et on avance ensemble » Dorothy Rhau

Publié il y a

le

Samedi 02 juin prochain se tiendra à la Place Bonaventure la première édition du Salon International de la femme noire, qui offrira une large gamme d’activités placées sous le rassemblement, de l’intégration et la bonne humeur. À la tête de cet évènement 5 femmes inspirées et inspirantes.

Le salon veut mettre de l’avant les femmes noires et métissées qui ont participé aux changements de la société et montrer que l’on a besoin de ces femmes là plus que jamais aujourd’hui. Entourer la réussite est également une des missions du Salon, dont le slogan est « N’aie pas peur, OSE ! ».

L’idée est venue de Dorothy Rhau en 2016, lors d’une frustration de la sous-réprésentation au niveau des produits en se rendant à un Jean Coutu à Rivière-des-Prairies. « Je trouvais ça inconcevable que l’on ne retrouve pas nos produits, alors que chaque jour on va à Jean Coutu » raconte-elle.

« Combien de femmes brillent encore dans l’ombre »

33074574_2048000018855235_19707032235933696_n

Les organisatrices

Toutes les cinq ont un parcours différent mais les mêmes objectifs au travers de cet événement qui au-delà d’être un salon, se veut être « un mouvement féministe, paritaire et inclusif ».

  • Joeline Jean-Claude, formation en biologie et en enseignement, elle est aussi directrice de l’entreprise de cosmétiques Mary Kay. « Permettre aux jeunes filles d’avoir une vision plus élargie de l’avenir, et se dire qu »il y a de place pour elles dans la société ».
  • Lovely Fleurmé, notaire de formation en immobilier et droit de la personne. « Le but du salon : faire connaitre l’histoire de la femme au peuple, on veut montrer qu’on a une belle communauté et souligner que le parcours des entrepreneurs noires est différent »
  • Catherine Kamtchueng, biologiste de formation et dans le domaine pharmaceutique. « Je trouve qu’avec l’histoire que j’ai, et le background, je n’ai pas le droit de rester là et de rien faire ».
  • Dorothy Rhau, bagage en Ressources Humaines et humoriste. « Il ne faut pas oublier que les femmes racisées, vivent un autre complexe, le racisme ou les discriminations ».
  • Christelle Mokoko, formation en finances, fondatrice des ateliers Place aux femmes. « Donner un petit peu plus de place aux femmes, qui sont déjà brimées parce qu’elles sont femmes ».

Au Québec en 2011, 1 personne sur 10 étaient issue d’une minorité visible, dont la population noire représentait le plus grand nombre. Parmi eux, 52,1% sont des femmes.

33096359_2047999988855238_914104628411367424_n

Des quotas de la diversité pour l’équité ?

Mise en pratique aux États-Unis et en France sous forme de discrimination positive, les quotas de la diversité sont basés sur le même principes que les quotas paritaires hommes/femmes, mais qu’en pensent-elles ?

« On y sera obligé à un moment donné, pour que la société comprenne qu’il y a des personnes de différentes origines et qu’ils font les mêmes études et qu’ils ont le même cerveau que les autres » souligne Catherine.

« Je ne suis pas d’accord avec les quotas, parce que je pense que l’on embauche la compétence, pas la couleur » explique elle Christelle.

Représentativité et place des Femmes noires

Toutes s’accordent à dire que la représentativité des femmes noires dans les médias ou la société restent encore très marginales et souvent stéréotypée.

« Beaucoup de femmes ont des histoires à raconter, comment elles ont commencé leurs business notamment. Je veux que l’histoire soit racontée au travers de mes yeux, et non pas que quelqu’un d’autre la raconte comme bon lui semble », déclare Joanie.

« On veut laisser aux générations suivantes des modèles » renchérit Dorothy.

Les discriminations, le racisme, ou encore le profilage racial sont encore bien présents dans notre société, bien souvent ce que l’on appelle des micro-agressions.

Dorothy nous explique comment cela se traduit : « Quand tu arrives quelque part on te regarde sans arrêt, les gens tirent leurs sacoches, quand tu arrives on traverse le trottoir, quand tu arrives dans un quartier, tu es suspect… »

Souvent ces micro-agressions sont verbales également : « Tu es belle pour une noire », « Tu t’exprimes bien pour une noire », « tu parles bien français pour une noire ».

80d03f_f55244b7c5bd4588be7bbaf00ae5b20f~mv2_d_1200_1800_s_2

 

Au programme du salon : conférences, exposants, discutions, rencontres, ateliers, dégustation, ou encore performances artistiques.

L’événement est ouvert à toutes et tous en permettant de comprendre et de rencontrer des femmes afro-québécoises et afro-canadiennes.

Les billets sont disponibles ici : https://internationalblackwomenexpo.tix123.com

Actualités

Journée mondiale des réfugiés : plus de 68,5 millions de réfugiés, un record historique

Published

on

Ce mercredi 20 juin est synonyme à travers le monde de la Journée pour la cause des réfugiés. Ils sont de plus en plus nombreux à devoir fuir leur pays pour espérer une meilleure vie ailleurs, un triste record historique atteint aujourd’hui selon un rapport annuel de l’ONU.

On estime à plus de 68,5 millions le nombre de réfugiés à travers le monde aujourd’hui, fuyant guerres, conflits, pauvreté ou encore insécurités climatiques, selon les données publiées aujourd’hui par le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

En détail, la population des 68,5 millions de déracinés se compose de 40 millions de déplacés internes, de 25,4 millions de réfugiés et de 3 millions de demandeurs d’asile.

Jamais ce chiffre n’avait été aussi important depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est la cinquième fois consécutive que le record du nombre de réfugiés et de personnes déplacées est battu.

Les réfugiés sont en provenance de 5 pays en majorité : la Syrie (6,3 millions), l’Afghanistan (2,6 millions), le Soudan du Sud (2,4 millions), la Birmanie (1,2 million) et la Somalie (986 000).

Le Venezuela devrait intégrer ce classement d’ici l’année prochaine selon les experts, car près de 1,8 million de Vénézuéliens (soit près de 5 % de la population totale) devraient fuir leur pays au courant de l’année 2018.

La Turquie est le pays qui continue d’accueillir le plus grand nombre de réfugiés (3,5 millions), devant le Pakistan (1,4 million), l’Ouganda (1,4 million), le Liban (1 million), l’Iran (978 000), l’Allemagne (970 000), le Bangladesh (932 000) et le Soudan (900 000).

Les conflits ne cessent de se multiplier depuis plusieurs années, comme l’a constaté la Croix-Rouge dans une enquête publiée le 18 juin dernier, dans laquelle elle affirme que le nombre de guerres civiles a doublé depuis 2001, passant de 30 à plus de 70 aujourd’hui.

Réaction au Canada

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau a déclaré : « Ceux qui sont chassés de leur foyer sont confrontés à d’immenses pertes, obstacles et traumatismes anciens et récents. Ces personnes portent en elles leurs souvenirs, leurs rêves et l’espoir d’un avenir meilleur. Nous partageons la responsabilité morale de les aider à trouver refuge et à commencer une nouvelle vie.

« Aujourd’hui, je demande aux Canadiens et au monde entier d’être solidaires des réfugiés, des personnes déplacées et de tous ceux qui ont été forcés de fuir leur maison. La façon dont nous traitons les plus vulnérables définit qui nous sommes en tant que personnes, pays et communauté internationale » a t-il conclut.

Continuer à lire

Actualités

La Citoyenneté d’honneur de Montréal à Raïf Badawi

Published

on

Montréal a octroyé la Citoyenneté d’honneur à l’écrivain saoudien Raïf Badawi, condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet en Arabie saoudite, en 2014, pour avoir créé un site web sur la libéralisation de la religion, Free Saudi Liberals, prônant entre autres la liberté de ne pas pratiquer l’islam et la séparation entre la religion et la politique.

Il y a eu une cérémonie officielle à l’hôtel de ville le 28 mai 2018, lors de laquelle la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et la présidente du conseil municipal, Cathy Wong, en compagnie des représentants d’Amnistie internationale, ont émis officiellement le certificat de citoyenneté.

Fruit d’un accord commun, la motion visant l’accord du titre honorifique a été présentée de façon conjointe par le conseiller du district Snowdon, Marvin Rotrand, et le chef du groupe d’opposition Ensemble Montréal, Lionel Perez; et, puis, celle-ci a été adoptée à l’unanimité par les élus du conseil municipal, au grand bonheur des militants de la libération de Raïf Badawi, de plus en plus nombreux au Canada et au Québec de même que partout à travers le monde.

Sa femme, Ensaf Haidar, a assisté à la motion unanime du conseil municipal dans les estrades, mais, en raison d’un inconvénient, a manqué la cérémonie officielle.

Nonobstant elle a accueilli la nouvelle avec enthousiasme et a dit en point de presse espérer que cela met de la pression sur le Canada pour qu’il accorde la citoyenneté d’honneur à Raïf, et promeut le mouvement international s’essoufflant.

Badawi possédait déjà la citoyenneté honorifique de Sherbrooke, où résident sa femme et ses enfants. Ensaf Haidar a quitté l’Arabie saoudite lors de l’emprisonnement de Badawi, dans le but d’éviter les représailles; elle a été accueillie au Canada, où, incessamment, elle obtiendra sa citoyenneté officielle, à l’instar de Raïf Badawi, à qui le Canada n’a pas consenti d’accorder la citoyenneté d’honneur du pays.

Le gouvernement du Canada a soutenu ne pas vouloir tendre les relations avec l’Arabie saoudite en octroyant la citoyenneté d’honneur à Raïf Badawi.

Le Canada, par exemple, en 2016, a livré plusieurs véhicules blindés à l’Arabie saoudite, un geste décrié par le Parti québécois, qui eût opté pour des sanctions économiques, eu égard au non-respect des droits de l’homme internationaux dans le cas Badawi. Le Parti Québécois revendique de plus belle que le Canada accorde la citoyenneté d’honneur à Badawi, maintenant qu’il brandit, à l’appui, l’adoption d’une motion unanime à l’Assemblée nationale, où le gouvernement du Québec a déjà accordé un certificat de sélection à Badawi, un statut qui permet une immigration permanente au Canada dans l’attente de tenter d’obtenir la citoyenneté canadienne.

« Depuis son élection, a mentionné Stéphane Bergeron, ancien ministre de la sécurité publique et porte-parole péquiste, le premier ministre du Canada semble beaucoup moins s’intéresser à la libération de Raif Badawi. La priorité du nouveau gouvernement libéral est visiblement de ne pas contrarier les autorités saoudiennes – et d’avoir le temps de livrer les blindés au royaume ! »

De son côté, pourtant, Irwin Cotler, ancien ministre de la justice du Canada, a affirmé en point de presse que le premier ministre Trudeau s’était adressé directement au prince héritier et vice-premier ministre, Mohammed Ben Salmane, pour demander le pardon de Raïf Badawi.

Selon lui, Justin Trudeau a appelé le prince à la libération de Raïf Badawi, et à ce qu’il rejoigne sa famille au Québec, plutôt que de purger et d’être interdit de sortir de l’Arabie saoudite durant 10 ans après la fin de sa détention.

image-8

Démêlés avec la justice saoudienne

C’est en mai 2012 qu’une fatwa est publiée par le cheikh saoudien Abdul-Rahman al-Barrak, qui accuse Badawi d’être un apostat (pratiquant qui abjure sa religion), parce qu’il aurait soutenu que « musulmans, chrétiens, juifs et athées sont tous égaux », et que « tout le monde a le droit de croire ou non ».

L’apostasie (abjuration) de l’islam est un crime passible de la peine de mort en Arabie saoudite, ce qui démontre bien combien le régime politique est rétrograde.  Suite à cette fatwa, Raïf Badawi est arrêté et incarcéré le 17 juin 2012, pour « avoir mis en place un site web qui compromet la sécurité générale » et « tourné en ridicule des figures de l’Islam ». Il fait face à des accusations de désobéissance à son père, de cybercrime et d’apostasie. Ce dernier chef ne sera pas retenu, ce qui évite peut-être à Badawi la peine de mort.

Néanmoins, le 29 juillet 2013, il écope de 600 coups de fouet et de 7 ans de prison; il porte sa cause en appel, mais le 7 mai 2014, la cour criminelle de Djedda sévit de plus belle et augmente sa sentence : 10 ans de prison et 1000 coups de fouet, ayant lieu en 20 séances hebdomadaires de 50 fouettements; une amende, de 1 000 000 de riyals (266 000 dollars); et, comme nous l’avons mentionné, une interdiction de quitter le pays pour une période de 10 ans postérieurs à la fin de son incarcération.

Il reçoit sa première séance de flagellation le 9 janvier 2015, sur la place publique, devant une mosquée de Djeddah, ce qui suscite un tollé de protestation dans la communauté internationale. Le Canada, les États-Unis et la communauté européenne s’opposent vigoureusement : le 15 janvier 2015, l’ONU s’adresse au roi d’Arabie-Saoudite pour lui demander de cesser de flageller Raïf Badawi et de lui pardonner.

Le cabinet du roi reporte la deuxième séance de coups de fouet sous prétexte de maladie, puis fait savoir à l’ONU que le dossier de Raïf Badawi sera réexaminé par la Cour suprême; mais, vraisemblablement, Raïf Badawi fera à nouveau face aux accusations d’apostasie, que la cour d’appel avait laissé tomber, et risquera à nouveau la peine de mort. Toutefois, les séances de flagellation ont cessé depuis ce temps dans l’attente d’un nouveau jugement.

Antécédemment

Lorsque Raïf Badawi crée le site web Free Saudi Liberals (Libres Saoudiens Libéraux), en 2008, en collaboration avec Souad al-Shamani, une militante des droits des femmes, lesquels sont très préjudiciés par le régime politico-religieux de l’Arabie-Saoudite, il est dès lors arrêté et accusé d’avoir créé un site web allant à l’encontre des principes de l’islam, religion obligatoire, totalitaire et institutionnalisée; en plus des lois saoudiennes, de surcroît le pays applique les lois coraniques. Cependant les autorités le relâche, il en profite alors pour quitter le pays afin d’éviter les représailles; mais, en 2009, croyant que la plainte a été abandonnée, il revient en Arabie-Saoudite, où l’on bloque son compte en banque et lui interdit de quitter le pays.

Qui plus est, il s’oppose en 2010 à son père qui désire forcer le mariage de sa sœur Samar Badawi avec un certain homme contre son gré. Il publie plusieurs articles à l’encontre de l’attitude de son père; ce dernier fait même emprisonner Samar pour désobéissance. Raïf participe à une campagne de communications sur Internet, en vue défendre sa sœur; celle-là porte fruit et celle-ci obtient sa libération en avril 2011.

Raïf est de nouveau taxé en 2011 d’atteinte aux valeurs religieuses, en raison d’un article sur son site qui ridiculise le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice. Ironique, il  remercie le Comité « de nous enseigner la vertu et de s’assurer que tous les Saoudiens aillent au paradis ».

Statu quo

Donc, le 17 juin 2018 est la triste commémoration des 6 ans d’incarcération de Raïf Badawi. Même si un jugement plus clément se faisait entendre, il eût tout de même purgé la majorité de sa peine d’emprisonnement, bien qu’il eût évité 19 des 20 séances de flagellation jusqu’à présent.

« Nous voulons par ce geste inspirer d’autre villes du Canada et du monde entier à maintenir une pression à l’égard du mouvement en faveur de la libération de Raif Badawi. En outre, nous souhaitons contribuer à influencer le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, qui a institué un vent de réformes, de lui accorder une amnistie », a déclaré M. Rotrand. 

Continuer à lire

Actualités

Aïd Moubarak !

Published

on

Les musulmans célèbrent aujourd’hui la fin d’un mois de jeûne du ramadan. Aïd Moubarak à tous et à toutes ! 

Continuer à lire
Publicité
Publicité

Facebook

Publicité

Infolettre

Le meilleur de nos articles à chaque semaine

Publicité

POPULAIRES