Portrait

Être une jeune immigrante diplômée au Québec

D’origine nigérienne, Habsouta quitte en 2013 la capitale, Niamey, où elle a grandi pour venir faire ses études universitaires au Québec. Elle a 18 ans. Quatre ans plus tard à seulement 22 ans, un diplôme d’Ingénieur en poche, elle décide de s’y établir professionnellement. 

Habsouta est maintenant une jeune femme active qui n’a qu’une idée : rencontrer des situations diverses et acquérir de l’expérience. Pour elle, être une femme noire n’est pas une double fatalité, il faut se battre pour s’accomplir. Ce message, elle souhaite que toute la diaspora africaine s’en imprègne. C’est pourquoi aujourd’hui elle souhaite s’ouvrir sur sa propre expérience qui, elle l’espère, fortifiera les ambitions des jeunes diplômé(e)s ou futurs diplômé(e)s africain(e)s au Québec. 

Média D : Habsouta, tu es née au Niger et tu y as passé tes premières 18 années. Peux-tu nous en dire un peu plus sur le chemin que tu as parcouru depuis l’obtention de ton DEC (équivalent au baccalauréat en France et au Niger) jusqu’ici? 

Habsouta : résumer 5 années en une réponse n’est pas très facile (rires) mais je vais tâcher d’abréger. Je suis arrivée au Québec en septembre 2013, pour entamer un Baccalauréat en Génie Chimique (B.Ing) à l’Université Laval. C’était la première fois que je venais au Canada. Ma première année universitaire était plutôt une année d’adaptation à un nouvel environnement, un autre mode de vie. Durant ma deuxième année, j’ai vite réalisé que l’expérience professionnelle était importante, alors pendant l’été, je me suis trouvé un job étudiant. Ensuite, au cours de ma troisième année, j’ai fait un stage de recherche à l’Université, puis j’ai travaillé durant une session en tant qu’auxiliaire de recherche. Par la suite, j’ai été employée au service de placement de l’Université. En parallèle, j’ai été Vice-présidente pour l’organisation d’un colloque sur l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat de la jeunesse africaine qui regroupait plusieurs universités. 

Enfin, à ma 4e année, j’ai gradué à la cérémonie de remise de jonc qui est la cérémonie de prestation de serment à l’ordre des ingénieurs. C’est en septembre 2017 que j’ai trouvé un emploi en accord avec mon diplôme, 4 ans après mon arrivée au Québec.

Média D : les études scientifiques ont toujours été une évidence pour toi, qu’est ce qui t’attire autant dans les sciences ? 

« Mon environnement familial m’a également influencé, car j’ai grandi dans une famille de scientifiques » 

Habsouta : disons que j’aime la logique derrière les sciences. Je suis attirée par les choses concrètes et je préfère simplement résoudre une équation qu’écrire une dissertation. Mon environnement familial m’a également influencé, car j’ai grandi dans une famille de scientifiques. Mon père est ingénieur nucléaire, mon frère aîné est ingénieur pétrolier et ma mère a fait des études en électrotechnique. 

Média D : en tant que femme noire et musulmane quels ont été les défis auxquels tu as dû faire face durant tes études ? Ta recherche d’emploi ? 

Habsouta : les difficultés liées aux études n’étaient pas nombreuses. À l’université, il y avait des étudiants qui venaient de divers horizons. De plus, il y avait très peu d’étudiants dans mon programme d’étude ce qui rendait les professeurs très disponibles. 

« La vraie difficulté, c’est dans le monde professionnel » 

La vraie difficulté, c’est dans le monde professionnel. Qu’il s’agisse d’un stage ou d’un travail, c’est désolant, mais être noire et porter un voile peut te disqualifier lors d’une entrevue. 

« C’est désolant, mais être noire et porter un voile peut te disqualifier lors d’une entrevue » 

Pourtant, ma couleur de peau ou mon voile ne font pas de moi une employée moins compétente. Heureusement qu’il y a des entreprises qui ne partagent pas ces préjugés, c’est pourquoi une femme comme moi peut quand même avoir un stage ou un travail au Québec. 

Média D : quels conseils donnes-tu aux jeunes lycéens qui veulent faire leurs études supérieures au Québec ? 

Habsouta : mon premier conseil ce serait de s’y prendre à l’avance. Les échéances pour déposer les demandes d’admission se présentent plus tôt qu’on ne le pense. Par exemple, pour la rentrée d’automne en septembre, il faut faire sa demande d’admission durant les mois de janvier ou février au plus tard. Il en est de même pour les documents d’immigration, il faut s’y prendre tôt. Mon deuxième conseil est de bien choisir son programme d’études et de se renseigner sur les prérequis nécessaires pour étudier dans le programme choisi. 

Média D : les attentes, que tu avais par rapport aux études au Québec, ont-elles été atteintes ? 

Habsouta : oui, avant de venir j’avais déjà une idée de la qualité des études au Québec. J’ai beaucoup appris et j’ai hérité d’une méthodologie de travail que je développerai avec l’expérience. Je suis contente d’avoir choisi d’étudier ici et si c’était à refaire, je le referai. 

Média D : selon toi qu’est-ce que la diaspora nigérienne peut apporter de plus au Québec ? 

« La majorité de la diaspora nigérienne est très jeune et estudiantine ce qui en fait une communauté érudite » 

Habsouta : tout comme le Québec, le Niger est francophone. Donc les immigrants nigériens n’ont pas à apprendre le français et peuvent directement mettre à profit leurs capacités. La majorité de la diaspora nigérienne est très jeune et estudiantine ce qui en fait une communauté érudite. Sans oublier qu’ils apportent avec eux, tout comme la diaspora africaine en général, divers folklores qui donnent de nouvelles nuances à la société québécoise. Quoi de plus ennuyeux qu’une société dans laquelle tout le monde se ressemble ? (rires) 

C’est sur cette belle note de fin que se termine cette interview. Cependant, je souhaite ajouter une dernière note adressée à tous les jeunes immigrants comme Habsouta et comme moi : portez fièrement votre identité, car quand on sait d’où l’on vient, on sait plus facilement où l’on va. 

Entrevue

Entrevue avec Roland Dama, immigrant ivoirien

J’ai rencontré Roland, 35 ans, lors d’une formation dans un club de recherche d’emploi. Il a accepté d’échanger avec moi sur son parcours, ses motivations en tant qu’immigrant au Canada et sa joie communicative d’être ici.

csm_carte_cote_d_ivoire_afrique_ratio_6d7b002412ci

Quel est ton parcours universitaire en Côte d’Ivoire ?

Après un cycle secondaire scientifique (mathématiques et sciences physiques), je me suis orienté vers la faculté des sciences économiques de l’Université Félix Houphouët-Boigny à Abidjan. J’y ai complété une maîtrise en économie (équivalence Baccalauréat Economique) entre 2002 et 2006. J’ai également complété un Master en évaluation des projets en 2015. Ce dernier a été organisé conjointement par le Bureau National d’Études Techniques et de Développement (BNETD) et l’Université Félix Houphouët-Boigny.
En plus de tes études académiques, as-tu une expérience professionnelle dans ton pays ?

Oui parfaitement, j’ai une expérience de travail de plus de près de 4 années en Côte d’Ivoire. J’ai pu développer cette expérience aussi bien en qualité d’employé qu’en qualité de bénévole. Pour moi, le bénévolat reste un puissant facteur de développement des compétences.

En tant qu’employé, j’ai été successivement assistant du Directeur Général et Chef du Service Finance du Fond d’Extension et de Renouvellement du développement de la culture du palmier à huile (FER-PALIMER). Il s’agit d’un Établissement Public National (EPN) placé sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture. Parallèlement à mon engagement professionnel, je me suis beaucoup investi dans le bénévolat car j’aime donner une partie de mon temps pour servir du monde sans nécessairement attendre des effets financiers. En tant que bénévole, j’ai été appelé à assumer diverses responsabilités. J’ai notamment été président d’une chorale, commissaire aux comptes du bureau jeune, chargé de communication du bureau jeune, moniteur de catéchèse et formateur à l’entrepreneuriat.  

Capture d’écran 2018-05-17 à 10.33.16

À quel moment t’es-tu dit : je veux aller au Canada et tu as commencé à faire les démarches ? Tu as peut-être de la famille ou des connaissances qui sont parties ? Ou alors un jour, as-tu eu un déclic en voyant une publicité ou un reportage à la télévision ? En gros, qu’est-ce qui t’a donné envie, un jour, d’immigrer au Canada ?

La décision d’immigrer au Canada remonte à septembre 2012, un peu plus d’une année après la rencontre de ma conjointe de fait. Nous avons ensemble discuté de l’opportunité de mieux valoriser nos compétences en immigrant au Canada et nous avons pris cette décision d’un commun accord.

Mais avant cela, l’idée avait déjà germé par le biais d’une amie à ma maman qui vit déjà ici au Canada depuis plusieurs années avec son conjoint Québécois. Je me souviens qu’à chaque fois qu’elle venait en vacances en en Côte d’Ivoire, je prenais un grand bonheur à visionner les belles images du Canada. J’aime beaucoup l’entendre parler du Canada et des opportunités de ce grand pays du monde.

Petit à petit, la volonté d’immigrer prenait forme à mon insu. Mais cette décision-là a été beaucoup plus renforcée à la faveur de la crise politique que nous avons vécu en Côte d’Ivoire sur la période 2010 à 2011 avec son impact considérable sur l’emploi jeune. Ce fut une période difficile pour tous et en particulier pour la jeunesse et l’emploi jeune.

Donc vous avez commencé vos démarches de Résidence Permanente ?

Exactement, ma conjointe et moi avons commencé à préparer notre projet d’immigration dès 2012. Il a été soumis à l’attention des services de l’immigration provinciale et fédérale respectivement en 2013 et 2015. Le processus a pris globalement 4 années pour être admis au statut de résidents permanents. En prenant en compte l’année de préparation du dossier, je peux dire que notre projet d’immigration a pris 5 années.

Ta conjointe et toi avez donc reçu votre visa de Résidence Permanente en 2017 ?

Oui parfaitement. Le Visa de résident permanent a été accordé en Octobre 2017. Recevoir ce visa est pour nous quelque chose d’inouï et de prestigieux quand on sait la notoriété du Canada avec ses territoires et de ses belles et grandes provinces et à commencer par le Québec. Ce fut une grande nouvelle pour nous d’autant plus que le processus d’immigration au Canada est parmi les meilleurs au monde. Cette excellente nouvelle a marqué un tournant dans notre vie. Ce fut pour nous une opportunité d’ouvrir une nouvelle page de notre vie. En tant que travailleurs qualifiés, nous étions donc moralement préparés à l’idée de partir sur de nouvelles bases et éventuellement de réorienter notre avenir pour réaliser notre rêve canadien.

Capture d’écran 2018-05-17 à 10.33.32

À y voir de près, vous avez commencé les démarches avant la fin de tes études ?

Oui, exact. J’ai mis à profit mon temps d’attente pour compléter le Master en Évaluation des projets. Dans le système Québécois, ce diplôme équivaut à la maîtrise en gestion et administration des entreprises.

Quand êtes-vous arrivés à Montréal et quel était le premier défi auquel vous avez dû faire face ?

Nous sommes arrivés à Montréal le 22 novembre 2017 après une brève escale à Bruxelles (Belgique). Je note au passage que c’était la première fois que nous prenions l’avion (rire). Nous étions pétillants de joie à l’idée de fouler le sol canadien mais non sans un pincement au cœur pour nos parents et amis que nous laissions derrière nous. Les premiers jours qui ont suivi notre arrivée ont été un peu difficiles principalement en raison du changement drastique de température. En effet, nous avions quitté la Côte d’Ivoire avec ses 25 °C en moyenne pour arriver dans une période hivernale qui reste parmi les plus rigoureuses des dernières années. Nous avons donc dû faire des efforts pour tenter de nous adapter rapidement et cela a plus ou moins fonctionné.

Quel était ton projet professionnel en tant que travailleur qualifié en arrivant ici, et a-t-il évolué depuis ?

En arrivant, j’étais confiant en mes compétences et j’étais disponible pour le marché de l’emploi. J’avais l’ambition de trouver une job liée à qualification. Mais j’ai compris que le marché du travail doit être notre point de repère. Il faut donc être capable de s’ajuster au marché du travail. Le marché du travail est si dynamique qu’on peut facilement être tenté de réorienter notre carrière professionnelle. Le marché du travail met un point d’honneur sur nos compétences sans pour autant négliger nos diplômes. Donc si on ressent qu’on a plus de compétences dans tel ou tel domaine, il serait bien d’être ouvert à l’idée de s’y orienter. Dans mon cas, bien que j’ai un Master en Évaluation des Projets, d’autres secteurs d’activité semblent m’ouvrir les bras compte tenu des compétences que j’ai pu développer depuis mon arrivée. Il s’agit notamment de l’enseignement. J’ai compris que mon côté pédagogue et ma facilité à transmettre ma connaissance me parlaient énormément et j’ai donc essayé d’y prêter attention et cela a beaucoup influencé mes recherches actuelles.

Comme en Côte d’Ivoire, tu fais du bénévolat ici. De quel genre ?

Ça a été la première des choses vers laquelle je me suis orienté puisque je me disais que je me donnais au moins 3 à 6 mois pour pouvoir intégrer le marché du travail. Donc je me suis dit : « Lançons-nous dans le bénévolat ».

Je suis donc administrateur bénévole au sein d’une paroisse catholique à Montréal. Je suis aussi bénévole auprès d’un organisme d’aide aux jeunes immigrants notamment par la promotion des deux langues officielles du Canada, le français et l’anglais. Je suis également bénévole dans le cadre du programme de l’Agence du Revenu Canada pour la déclaration des revenus des personnes à faibles revenus. Voilà donc les 3 types de bénévolats dans lesquelles je suis inscrit.

Je suis par ailleurs, tuteur et moniteur à l’aide aux devoirs auprès de deux écoles primaires et une organisation. Ce sont des expériences qui m’enrichissent énormément et qui me confortent dans l’idée de m’orienter vers l’enseignement.

Est-ce que tu notes des choses différentes par rapport aux bénévolats que tu faisais en Côte d’Ivoire, que ce soit en termes de mentalité ou d’enrichissement personnel?

Ça reste différent dans la mesure où en Côte d’Ivoire, je le faisais sans penser que cela pourrait me servir dans un cadre professionnel. Ici, j’ai cette même volonté d’être au service de la communauté mais je comprends aussi que j’engrange par la même occasion une belle expérience professionnelle. C’est à ce niveau qu’il y a certaines différences. Ici, ce bénévolat est reconnu et peut être capitalisé sur le marché du travail.

Est-ce qu’à court, moyen ou long terme, tu souhaites t’installer sur Montréal ou sa région ou bien tu n’as pas d’objectifs précis et cela dépendra de tes recherches de travail ?

Montréal et le Québec m’ont beaucoup séduit. Jusqu’ici, je suis amplement satisfait de mon environnement. Je suis bien installé à Montréal et le Québec est une très belle province qui m’a fait l’honneur d’avoir été sélectionné. Mais je ne suis pas fermé à l’idée de visiter d’autres régions au Québec ou d’ailleurs si le besoin se fait sentir dans le souci d’approfondir mon apprentissage pour mieux m’insérer sur le marché de l’emploi.

Quelle destination en dehors du Québec pourrait t’intéresser ?

Le Canada est un grand pays avec des provinces formidables. L’Ontario est une possibilité parmi tant d’autres. J’y vais justement en juillet 2018 dans le cadre du programme Explore. J’aurais l’opportunité d’améliorer mon anglais tout en découvrant la région. Je reste également intéressé par le programme Odyssée pour améliorer mon niveau d’anglais tout en partageant ma culture générale en français dans le souci de promouvoir la diversité culturelle.

Est-ce que depuis ton arrivée, tu te sens intégré, au sens large du terme ?

L’intégration est une notion assez générique. En tant que travailleur je pourrais être amené à dire que le travail est mon outil d’intégration par excellence. Mais on peut aussi comprendre que l’intégration est un tout : elle touche notamment aux aspects culturels, professionnels et économiques. Dans tous les cas, une bonne intégration requiert du temps et une bonne capacité d’adaptation. Je suis très heureux de voir qu’à la faveur de notre immigration, les deux paliers de gouvernement (NDLA : provincial et fédéral) mettent tout en œuvre pour faciliter l’intégration des immigrants. Cela contribue à consolider les indicateurs qui montrent que le Canada est parmi les destinations les plus prestigieuses au monde. Après six mois, j’estime que le suis épanoui et j’envisage sereinement l’avenir au vu des belles expériences que j’ai pu accumuler.

Quels conseils donnerais-tu à un jeune Africain qui souhaiterait immigrer ?

Je dirais à ce jeune que c’est son droit de rêver. Immigrer au Canada est un beau rêve dont la réalisation requiert néanmoins de la préparation, de l’information, de la patience et surtout une bonne capacité d’adaptation. C’est un projet dont la réalisation peut bouleverser positivement nos habitudes et favoriser de nouvelles orientations. C’est une nouvelle vie en somme.

Si ce jeune à la ferme volonté d’immigrer, il faut qu’il prenne beaucoup d’informations et qu’il mette un point d’honneur à se préparer car ce n’est pas une décision qu’on prend à la légère. C’est une responsabilité non seulement vis-à-vis de soi-même, mais aussi vis-à-vis du pays d’accueil. Il faut qu’il s’informe de la démarche auprès des autorisées adéquates en consultant les ressources mises à disposition. Tout pays a des règles et des principes à respecter qui s’imposent à tous. Il faut donc que les attentes des futurs immigrants soient en adéquation avec ce milieu-là. Il faut prendre des informations pour faciliter son intégration pour qu’elle soit le plus bénéfique pour soi-même.

Dernière question, est-ce que tu regrettes d’être venu ?

Aucunement. Bien au contraire, je continue à être reconnaissant du Québec et du Canada, d’avoir bien voulu m’accorder l’opportunité de réorienter ma vie dans son ensemble. Je suis heureux d’envisager sereinement la réalisation de mon rêve canadien.

Actualités

Deux nouvelles expositions au Musée des beaux-arts

En présentant deux nouvelles expositions inter-reliées, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) invite le public à réfléchir sur divers enjeux liés aux perceptions identitaires, esthétiques et culturelles.

En commençant par D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui, les visiteurs pourront observer les transformations du regard porté sur les arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques depuis la fin du XIXe siècle jusqu’en 2018. Basée sur la vie de Pablo Picasso, l’exposition explore la relation intime qui unit le grand peintre espagnol et plus particulièrement les arts africains, tout en s’appuyant sur l’histoire des mentalités.

L’exposition réunit près d’une centaine d’œuvres de Picasso incluant peintures, sculptures, céramiques et œuvres sur papier, qui rendent compte de l’influence majeure des arts de l’Afrique et d’Océanie sur sa création. Parmi elles, un vaste ensemble de documents, lettres, objets et photographies les accompagnent. Les 27 œuvres issues de la collection personnelle de l’artiste témoignent que ces arts n’ont cessé de l’accompagner  tout au cours de sa vie.

Au fil du parcours, des œuvres de plus de trente-cinq pays y sont présentées permettant d’en apprécier leur vaste diversité tout en s’interrogeant sur les façons dont celles-ci sont arrivées en Europe, ainsi que des interprétations qui les ont accompagnées : le public pourra par la même occasion admirer une trentaine d’œuvres pour la toute première fois au Canada.

IMG_4506

Plus que formelle, l’influence des arts africains est essentielle pour Picasso, qui déclarera d’ailleurs : « Mes plus grandes émotions artistiques, je les ai ressenties lorsque m’apparut soudain la sublime beauté des sculptures exécutées par les artistes anonymes de l’Afrique. Ces ouvrages d’un religieux, passionné et rigoureusement logique, sont ce que l’imagination humaine a produit de plus puissant et de plus beau. Je me hâte d’ajouter que cependant, je déteste l’exotisme. »

Avec cette nouvelle exposition, le MBAM adapte et enrichit une exposition initiée en 2017 par le musée du quai Branly, Jacques Chirac, en coproduction avec le Musée national Picasso-Paris. La présentation du MBAM se différencie en intégrant des œuvres de sa collection ainsi que des prêts du Musée des beaux-arts de l’Ontario, de collections particulières et de galeries de Belgique, de Suisse, de France, d’Italie, d’Angleterre, des États-Unis, d’Afrique du Sud et du Canada.

Le MBAM y ajoute des artistes phares de la scène contemporaine africaine ou afro-américaine pour confronter cet héritage postcolonial : cette exposition émouvante, unique en son genre permet donc à ces artistes de se tisser au récit, à la fois contestant, célébrant et remettant en perspective une partie de l’histoire de l’art africain.

IMG_4498

En croisant les points de vue de différents experts et artistes, on peut  dire que l’exposition proposée par Nathalie Bondil raconte non seulement l’évolution du regard et de l’histoire de l’art, mais bien plus encore.

Commissaire de l’exposition à Montréal, la directrice et conservatrice en chef du MBAM, explique : « Comment un objet ethnographique est-il devenu esthétique ? Comment un Picasso et un masque anonyme peuvent-ils s’exposer sur un même plan ? Quelles furent les étapes de cette “décolonisation du regard” au cours du dernier siècle jusqu’à nos jours ? », se questionne-t-elle.

Elle poursuit en disant que : «  À Montréal, le parcours raconte cette histoire du “musée des Autres”, héritage d’un monde colonial à sa redéfinition actuelle dans un monde globalisé. Privilégiant une approche transculturelle, j’ai voulu inscrire dans ce récit les artistes contemporains africains ou d’ascendance africaine. L’eurocentrisme culturel est à revoir dans une histoire de l’art à réinventer. Les frontières qui distinguaient les récits de la modernité s’entremêlent aujourd’hui, quand les artistes du monde affirment désormais leur identité transnationale. »

L’exposition unique en son genre, à la fois multidimensionnelle et multi sensorielle entremêle art et histoire pour livrer un récit qui dépasse la vie de l’artiste et prend d’autant plus de sens avec le contexte actuel, en invitant le public à réfléchir sur l’appropriation et sur le pouvoir de l’art pour aborder les legs du passé, tout en imaginant un futur commun.

Nous sommes d’ici, ici : l’art contemporain des Noirs canadiens

Le Musée propose aux visiteurs de poursuivre son parcours avec l’exposition Nous sommes d’ici, ici : l’art contemporain des Noirs canadiens. Initiée par le Musée royal de l’Ontario, cette seconde exposition remet en question les préjugés sur la condition des Noirs au Canada. Le thème, en continuité avec l’exposition de Picasso aborde les profonds changements connus au cours du siècle dernier, pour ce qui est de la relation entre l’Occident et les arts en provenance d’Afrique, d’Océanie et des Amériques. Désormais considérés comme des phénomènes artistiques englobant styles, histoires et cultures variés, les fondateurs de l’exposition se sont demandés : comment réconcilier l’approche ethnographique et esthétique aujourd’hui ?

IMG_4511

À travers les œuvres de 11 artistes contemporains, dont trois Montréalais, Eddy Firmin, Manuel Mathieu et Shanna Strauss. Les artistes y offrent une multitude de points de vue sur la place des Canadiens d’ascendance africaine, réaffirmant la pertinence continue de leur existence dans le tissu social canadien : « Nous sommes ici, d’ici : l’art contemporain des noirs Canadiens fait valoir la pertinence tant historique qu’actuelle de la condition noire dans le tissu social du Canada. L’art contemporain permet d’aborder les questions pérennes de la race, d’exclusion et d’appartenance sous un autre angle. Cette exposition nous permet de désapprendre afin de mieux connaitre l’histoire. », spécifie Dominique Fontaine, commissaire indépendante et fondatrice de aPOSteRIORi.

L’exposition explique donc des principes qui façonnent les cultures matérielles et spirituelles des sociétés traditionnelles remettant en question certaines idées reçues et bien plus encore de manière percutante.

Une sortie culturelle à ne pas manquer!

 

Portrait

Portrait de Tanobla Badou : Devenir entrepreneure pour se dépasser

Le 2 avril 2018, le premier restaurant de cuisine ouest-africaine a ouvert ses portes à Québec. Fondé par deux immigrants originaires d’Afrique de l’Ouest, le restaurant reflète dans son titre, T&B’s, un partenariat fructueux entre ses deux propriétaires : Tanobla Badou, originaire de la Côte d’Ivoire, et Bouba Tone, originaire du Burkina Faso.

Situé dans le quartier Saint-Roch, connu pour sa mixité sociale, T&B’s Restaurant (acronyme de leur initiales respectives) représente un lieu idéal pour découvrir des traditions culinaires et culturelles de l’Afrique de l’Ouest et pour entretenir des échanges culturels enrichissants. Pour connaître les facteurs de motivation qui ont poussé les deux immigrants bientôt tous les deux trentenaires à se lancer dans la jungle du monde des affaires, Média D a rencontré Tanobla Badou.

Vaincre la peur de l’inconnu grâce au soutien des parents

« Quand je suis arrivée au Canada en 2012 à l’âge de 23 ans, une jeune fille toute frêle et naïve, je n’ai pas pensé du tout au chemin de l’entrepreneuriat. Mon but était de poursuivre mes études en géologie pour ensuite exercer mon métier», nous fait part Tanobla.

« Cependant, après avoir terminé mon baccalauréat à l’Université du Québec à Montréal en 2014  et ne pas avoir décroché d’emploi dans mon domaine [un scénario fréquent pour plusieurs immigrants diplômés], j’ai pensé sérieusement retourner dans mon pays natal. Restant au pays de neige éternelle, loin de la chaleur du foyer familial, je me suis sentie complètement seule, perdue, désorientée. Étant pessimiste sur mon futur au Canada, dans une de mes conversations téléphoniques avec mes parents, je leur ai annoncé ma décision ‘‘définitive’’ de retourner en Côte d’Ivoire. Mais, à ma grande surprise, ils m’en ont dissuadée », nous révèle Tanobla.

« Certes, tu peux toujours revenir, mais assure-toi, d’abord, d’avoir fait tout ce qui est possible pour ne pas regretter plus tard ta faiblesse du moment. Aujourd’hui, ton présent te semble sombre, insupportable, mais demain, si tu persévères et innoves, tu trouveras ton chemin, le chemin à toi », la raisonnaient ses parents.

Grâce à ces paroles et à leur soutien inconditionnel ultérieur, dont elle est très reconnaissante, une jeune femme a bravé sa peur et a continué à chercher sa voie.

Miser sur un bon partenaire d’affaires

Tanobla et Badou
Partenariat d’affaires fiable basé sur la complémentarité – Photo courtoisie de Tanobla Badou

« Graduellement, mon cercle d’amis à Montréal s’est élargi et, parmi ces amis, j’ai rencontré celui qui m’a transmis sa passion pour les affaires », nous raconte Tanobla. Gérant chez Tim Hortons depuis quelques années à Montréal, Bouba Tone, après avoir acquis une expérience solide en gestion de chaine de restauration rapide, a chéri le rêve de voler de ses propres ailes, mais, faute de motivation et de temps, il n’a pas osé se lancer.

À partir de 2016, Tanobla et Bouba ont commencé à réfléchir sérieusement à un projet commun d’entrepreneuriat. Un an plus tard, ces deux complices se sont retrouvés sur les bancs d’école pour suivre la formation spécialisée en création d’entreprises à Montréal. Très pratique, basée sur un accompagnement personnalisé et des rencontres avec des entrepreneurs d’expérience, cette formation leur a permis de bien se préparer au lancement de leur entreprise et, le plus important, leur a donné la confiance de se propulser. Encore aujourd’hui, ils consultent leurs notes de cours et restent en contact avec leurs formateurs.

Dans leur partenariat d’affaires, Tanobla et Bouba forment une équipe très complémentaire.

Créative, analytique et perfectionniste (« Tout rêve se doit d’être accompli avec excellence » est la devise de Tanobla), une jeune femme est responsable de la conception des recettes et de leur présentation esthétique ainsi que des relations avec les fournisseurs et de la gestion.

En revanche, Bouba, un homme d’action, s’occupe du marketing, du développement du site web et des relations avec les clients. Dans le cas de problèmes à résoudre, grâce à leur mode de réflexion commune, les deux entrepreneurs trouvent de meilleures solutions.

Penser à soi et penser à d’autres

Durant leur analyse de marché, Tanobla et Bouba se sont rendu compte du manque flagrant de restaurants africains à Montréal (selon Tripadvisor, on en compte seulement dix) et à Québec (on en trouve seulement un) par rapport à d’autres restaurants ethniques, d’où cet intérêt d’occuper cette niche de marché vacante et prometteuse. Entre ces deux villes, leur choix s’est arrêté sur Québec, jugée comme étant la ville la plus tranquille, sécuritaire et plus favorable aux entrepreneurs : selon le dernier classement des villes entrepreneuriales en 2015, réalisé par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, la ville de Québec a obtenu la côte 45,9, alors que Montréal  ̶  36,1.

En ce qui concerne le concept du restaurant, comme Tanobla l’explique, T&B’s représente un type hybride, en combinant les traits de la restauration rapide (le service au comptoir, le temps de préparation moyen de 9 min) et de la cuisine traditionnelle (certains plats sont préparés dans le four, sans gras, et c’est possible de goûter des jus, salades et desserts faits sur place).

Répas
Poisson entier, Attiéké, Alloco, Riz aux Épices T&B’s

La minimisation des risques environnementaux et le tissage de liens avec la communauté locale sont au centre des valeurs de Tanobla et Bouba. Pour diminuer le gaspillage alimentaire et assurer une meilleure gestion des déchets, T&B’s a signé des ententes avec des organismes à but non lucratif pour que ces derniers récupèrent les huiles usagées et les repas non vendus.

Dans un esprit de développement durable, T&B’s  accorde la priorité aux producteurs québécois comme fournisseurs, dans la mesure du possible. Afin de favoriser des rencontres interculturelles, T&B’s offre à ses visiteurs des jeux de société joués typiquement sur le continent de l’avenir et des livres écrits par des auteurs africains. Des concerts de groupes de musique de toutes saveurs culturelles et des soirées à thème sont envisagés dans leur projet de développement.

Chasser des nuages à l’horizon

Entreprendre, c’est risqué, et entreprendre dans le secteur de la restauration, c’est davantage risqué. Selon l’Indice entrepreneurial québécois 2017, 60 % des propriétaires québécois ferment leur entreprise avant qu’elle ne franchisse le cap des cinq ans. Dans la restauration, après cinq ans d’exploitation, ce chiffre grimpe à 71 %, nous dévoile l’Association des restaurateurs du Québec.

Le pire sort est réservé toutefois aux immigrants en tant que propriétaires d’entreprises : dans la fenêtre des 5 années suivant l’ouverture d’une entreprise, 76 % d’entre eux ferment leurs portes, selon l’Indice entrepreneurial québécois 2016 du Réseau M.

Entièrement au courant de cette statistique décourageante, Tanobla ne perd  cependant pas son optimisme. Malgré quelques difficultés financières (Tanobla et Bouba ne s’appuient que sur leurs propres ressources financières), Tanobla et Bouba croient que de bonnes valeurs morales, la fiabilité des partenaires d’affaires, la persévérance et le soutien de leur famille et de leurs amis les aideront à surmonter toutes les difficultés. Admirative devant cette résilience, la rédaction de Média D leur souhaite sincèrement bonne chance dans leur projet.