Actualités

49% des Canadiens veulent accueillir moins d’immigrants au pays

Un sondage de la firme Angus Reid publié en début de semaine, montre que près d’un Canadien sur deux voudrait voir les seuils d’immigration baisser, du jamais vu depuis 40 ans. 

Pas moins de 49% des Canadiens sondés par ce sondage, estiment que la cible de 310 000 nouveaux arrivants fixée pour l’année 2018 au Canada est trop élevée.

Il s’agit ici d’un pourcentage le plus important depuis 1995 (45%), et du jamais vu depuis près de 40 ans selon la firme qui a comparé ces résultats avec d’autres remontant à 1975.

Seulement 31% des répondants au sondage jugent que le seuil du gouvernement fédéral est bon, et 6% estiment qu’il est trop bas.

Plusieurs explications 

Selon plusieurs spécialistes, la crise migratoire internationale, les milliers de demandeurs d’asile à la frontière, les différents réfugiés ou encore la crainte face à une possible menace terroriste, seraient autant de raisons qui expliqueraient les résultats de ce sondage.

Le ministère de l’Immigration, Ahmed Hussen, a défendu ses seuils d’immigration, en affirmant que «pour faire face aux changements démographiques et à la pénurie de main-d’œuvre» ces quotas d’immigration sont essentiels pour le Canada.

Pour rappel, le Canada a annoncé à l’automne dernier qu’il comptait accueillir dans les prochaines années un nombre record d’immigrants. Les seuils d’immigration s’élèveront jusqu’à 340 000 en 2020, ce qui représente seulement un peu moins de 1% de la population canadienne.

Advertisements
Actualités

La maltraitance des Autochtones est infreinable

Les Autochtones appartiennent à l’un des trois peuples, soit les Algonquiens, les Iroquoiens ou les Inuits répartis en 55 communautés et ayant chacune leur propre langue de communication. En date de 2016, la population totale échelonnait les 180 000 habitants répartis dans la province du Québec. Cela représente 2,3% de la population québécoise. Ils restent cependant maltraités malgré leur importance significative dans la création et dans le développement du Canada.  

En effet, les Autochtones et les Français ont, pendant longtemps, établis des relations commerciales surtout en ce qui a trait à la traite de fourrure. Le roi de France jurait de défendre et de protéger la liberté des Autochtones du moment où ils acceptaient de devenir citoyens français et de se faire baptiser. Ils ne pouvaient donc pas être soumis à l’esclavage. 

Par contre, les Britanniques, en concurrence avec les Français, voulaient assurer l’assimilation des autochtones. Pour ce faire, ceux-ci ont été sédentarisés et recadrés sur des terres réservées à leur usage personnel servant à contrôler ce peuple caractérisé comme étant des « sauvages ».

La supériorité du peuple colonial se fait alors ressentir annonçant le début du processus de dépréciation et d’érosion du peuple indien qui perdure jusqu’à aujourd’hui en 2018.

Effectivement, tranquillement la toile de la discrimination systématique vécue par les autochtones s’est tissée jusqu’à en venir aux nombreux cas de négligence vécus, entre autres, par les femmes autochtones du Québec.

Par exemple, Maina Aculiak, une femme inuite de l’arrondissement Côte-des-Neiges a récemment été portée disparue après avoir été arrêtée par les autorités policières alors qu’elle sortait en état d’ébriété pour se procurer de la bière. En quittant, les policiers lui ont offert un billet d’autobus pour retourner à l’hôpital où elle résidait. Il faut aussi prendre en considération qu’elle ne maitrise ni le français ni l’anglais et souffre de problèmes de santé mentale. Sachant ceci, personne n’a offert de l’aider.

PC_111207_bo4dk_premieres-nations-saskatchewan_sn635

La même situation se répète chez plusieurs autres femmes autochtones qui sont violentées et tuées sans aucune intervention de la part du système judiciaire.

Pour remédier à ce problème d’envergure et rarement adressé, le gouvernement Trudeau propose une solution. Selon le site de Radio-Canada, il a lancé un processus de consultation auprès des Autochtones et des autres Canadiens afin de déterminer les modalités de son cadre de reconnaissance et de mise en œuvre des droits.

Mme Bennett, ministre des relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord a stipulé qu’elle débutait un dialogue difficile sur la vérité de l’histoire du Canada, des siècles de pratiques colonialistes qui ont nié les droits inhérents des peuples autochtones.  

La ministre de l’environnement, Catherine McKenna a déposé un projet de loi stipulant que dorénavant les Autochtones devront être consultés pour toute planification de projet énergique.

Outre cette décision, les droits et liberté des Autochtones ne sont pas reconnus d’un point de vue social ou économique. Il reste du chemin à faire avant que les Premières Nations soient considérées comme des êtres humains aussi importants que le reste des Québécois.

Actualités

Surconsommation et mauvaise gestion

Le Canada doit s’améliorer sur la récupération et le compostage, mais aussi sur la redistribution des surplus. Certaines régions du monde visent la perfection et pourraient nous en apprendre beaucoup. Mais ces changements demanderont du temps et de l’argent.

Lorsque l’on pense à des déchets, notre première image est quelque chose d’inutilisable, d’impropre à la consommation et on ne parle pas de l’odeur qui peut venir avec. Les mouvements de recyclage et de compostage ont ébranlé les habitudes de consommation que nous avions. Pas parce que c’était de nouvelles découvertes, mais il fallait simplement se faire rappeler l’existence de ces concepts.   

Malgré les efforts mis par notre pays et ses habitants, nous en avons beaucoup à apprendre, tout comme plusieurs pays dans le monde d’ailleurs. Il y a tout de même certains leaders dans l’industrie de la récupération et du compostage, on peut penser à l’Allemagne ou à la ville de San Francisco par exemple. La gestion des déchets est un défi plus grand qu’on peut le penser, mais c’est loin d’être impossible à améliorer.

On apprenait récemment que les ressources de l’année 2018 seraient bientôt épuisées et qu’une pénurie d’adrénaline auto-injectable (EpiPen) est à prévoir. Ce sont des effets directs de la surconsommation sur la plupart de la planète.

En effet, nous surconsommons et la partie que nous semblons oublier est le coût de chaque produit de consommation. Un prix cher, mais non pas monétaire. Le milieu agricole demande une grande quantité de ressources naturelles pour chaque fruit, légume et animal, il faut avoir en tête le cycle de vie de ces derniers. Pensez à tout ce qui est utilisé sur la ferme pour les rendre à maturation, les nombreux transports et les transformations qui leur permettront de terminer dans vos maisons. Eh bien, les produits industriels vivent un trajet semblable.

Cette surconsommation vient avec un abus des ressources naturelles. Ainsi, nos dépotoirs sont composés de déchets organiques, papiers, plastiques, verres, métaux et autres. Ceux-ci proviennent des consommateurs, mais aussi beaucoup des industries. Chaque déchet a coûté cher à produire et cette dépense est maintenant perdue.

compactor-681543_960_720

Malgré nos bons efforts de mettre nos déchets récupérables et compostables dans les bons bacs, le Canada ne récupère qu’approximativement 25% de ce qui se retrouve dans ces bacs, les restes seront donc enfouis ou incinérés avec les autres détritus. La moyenne Européenne est de 50% de récupération, autrement dit, ils font deux fois mieux que nous.

D’après la Chambre des communes de 2016, le Canada gaspillerait 6.3 millions de tonnes de denrées alimentaires annuellement, ce qui équivaut à 183 kilogrammes par personne (183 kg/p). Elle estime ainsi une perte de 107 milliards de dollars en 2014 due à ce type de gaspillage.

La province championne de la récupération et du traitement de la matière organique est l’Île-du-Prince-Édouard. En 2014, ils ont acheminé 429 kg/p dans les centres de tri et de compostage. Ils sont suivis par la Colombie-Britannique avec 358 kg/p. La moyenne nationale est de 255 kg/p, on constate donc qu’il domine et de loin le reste du pays.

Lors d’études sur les pays produisant le plus de déchets, on en arrive à la conclusion que, plus la région est développée, plus elle produira de déchets puisque sa consommation augmente avec sa richesse. Il y a tout de même certaines exceptions à cette règle.

En 2007, la France a détruit 185 kg/p. comparativement à 720 kg/p. au Canada en 2012.  On voit que la France met plus d’efforts dans la gestion des détritus que nous, mais que dire de l’Allemagne. En 2004, ils produisirent 104 kg/p. comparée à 3 kg/p. en 2007. C’est tout simplement énorme et incroyable comme travail de leur part.   

Comment ont-ils fait ?  

Ils ont appliqué une politique de gestion des déchets stricte. Le but premier étant de ne pas produire de détritus. Grâce à un tri sélectif et au recyclage, ils sont en mesure de garder en circulation certains produits, car le cycle de vie de ces derniers est pris en compte dans cette politique. L’Allemagne vise 2020 sans déchets et croit que c’est un objectif qui est atteignable.

Nos voisins les Américains nous ressemblent beaucoup au niveau de la gestion de déchets. Approximativement 34% des détritus sont récupérés dans le pays entier, ce qui est un peu mieux qu’ici. Malgré cela, la ville de San Francisco rappelle à tous que cette gestion est de niveau municipal et qu’il y a moyen que chaque ville fasse sa part et améliore sa façon de faire.  

Dans cette ville, 80% des déchets sont récupérés ou compostés et ils ont aussi comme objectif d’arriver en 2020 avec un taux de 100%. Elle vise encore plus haut en planifiant atteindre 100% d’énergie renouvelable d’ici 2030. Selon Robert Reed, propriétaire de la plateforme « Recovery » à San Francisco, recycler crée dix fois plus d’emploi que les sites d’incinération et d’enfouissement.

6052670245_e590be4d73_o

Ces régions qui ont une bonne gestion sont conscientisées et donc c’est un travail d’équipe entre l’État, les entreprises et le peuple. La redistribution de nourriture et produit utile vers les plus démunies est supportée par beaucoup d’organismes et de mouvements humanitaires.  

Un exemple est le site web « foodsharing.de » (en allemand seulement) qui permet tant au citoyen qu’aux entreprises d’y afficher leur surplus. Il y a aussi des frigidaires où les gens peuvent y déposer et prendre de la nourriture selon leurs besoins dans certains quartiers. Ce projet est devenu si imposant qu’il est maintenant en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Ce genre de mouvement a trouvé écho à plusieurs endroits dont ici. Des organismes comme la Table de concertation sur la faim et le développement social de l’Outaouais qui a créé l’Escouade Ani-Gaspillage Alimentaire ayant pour but de redistribuer les invendus afin de lutter contre la faim ont vu jour. Ces derniers offrent autant des formations que des activités ayant comme objectif de réduire la consommation et aider les démunis.

Un tel frigidaire communautaire a aussi vu le jour dans le quartier Rosemont de Montréal, le projet se nomme « frigo des ratons ». Le marché Jean-Talon s’est aussi créé un plan de récupération des invendus pour la redistribution, c’est environ 200 tonnes qui seront récupérées annuellement.  

Ce ne sont que quelques petits exemples qui démontrent l’influence des pays leaders sur ceux qui tirent de la patte comme nous. Oui, notre gouvernement a beaucoup à faire pour nous rendre au niveau des Allemands, mais l’implication de la population sera obligatoire pour instiguer les mouvements et encourager les autres à faire pareil.

Entrevue

« On peut difficilement accepter que quelque part dans le monde des gens soient emprisonnés pour leurs opinions » – Entrevue avec Stéphane Bergeron

Le Parti Québécois (PQ) et le député de Verchères Stéphane Bergeron militent depuis de nombreuses années pour la libération de Raïf Badawi, en organisant notamment des vigiles silencieuses à son intention, près de l’Assemblée nationale du Québec, ou encore devant l’Hôtel de ville de Sherbrooke.

Grâce à leur prise de position, Raïf Badawi a notamment obtenu un Certificat de Sélection du Québec (CSQ), et le gouvernement du Québec a pu faire pression sur Ottawa pour qu’il lui octroie la citoyenneté canadienne.

Ancien porte-parole du PQ en matière de Relations internationales notamment, on a pu s’entretenir avec lui pour parler du dossier de Raïf Badawi et des tensions actuelles entre le Canada et l’Arabie saoudite.

raif-badawi-2
Raïf Badawi

Pour bien nous situer, pouvez-vous nous raconter, brièvement, qui est Raïf Badawi et ce qu’il lui est arrivé ?

Il est un blogueur Saoudien qui a eu, je dirais, le malheur de simplement remettre en question un certain nombre de façons de faire, en Arabie saoudite, et de le faire publiquement, ce qui lui a valu d’être condamné à 10 ans d’emprisonnement et à 1000 coups de fouet. Jusqu’à présent, il en est déjà à quelques années d’emprisonnement, et on lui a administré 50 coups de fouet; il en reste donc théoriquement 950 à recevoir.

Sauf que, sa santé a décliné considérablement après la première séance de 50 coups de fouet, alors les autorités saoudiennes n’ont pas récidivé depuis, mais n’ont jamais indiqué que la peine du fouet avait été commuée; donc, techniquement, cette peine est toujours pendante, et il est toujours susceptible de recevoir d’autres coups de fouet jusqu’à ce qu’il soit éventuellement libéré.

Qu’est-ce que cela implique qu’on emprisonne Raïf Badawi pour une question d’opinion, au niveau de la liberté d’expression et des droits de l’homme dans le monde ?

On peut difficilement, comme citoyen d’une démocratie, ou qui repose en grande partie sur le principe de droits de la personne, accepter que quelque part dans le monde des gens soient emprisonnés pour leurs opinions et pour les avoir simplement exprimés; non seulement emprisonnés, mais également condamnés à des châtiments physiques sévères, voire à la peine de mort. Or, il faut reconnaître que malheureusement, c’est encore le lot d’une partie importante de l’humanité que de vivre dans des conditions sur le plan des droits humains totalement inacceptables. Alors, le moins qu’on puisse faire en tant que citoyens qui avons le privilège de vivre dans une démocratie, c’est de faire en sorte de plaider pour ceux qui ne peuvent pas le faire, de ceux dont on a muselé la voix, et de faire en sorte d’améliorer la situation des droits humains à l’extérieur de nos frontières.

Le cas particulier de Raif Badawi interpelle en particulier le Québec et le Canada, du fait que sa femme et ses enfants habitent au Québec, à Sherbrooke.

Ils ont obtenu récemment la citoyenneté canadienne et on a fait de Raif Badawi un citoyen d’honneur de Montréal et de Sherbrooke. On a demandé au gouvernement fédéral qu’il octroie la citoyenneté canadienne à Raif Badawi. 

Si Raïf Badawi avait la double citoyenneté canado-saoudienne, ça donnerait un levier au gouvernement canadien pour mettre de la pression sur le gouvernement saoudien.

Comme il n’est pas citoyen canadien, ça enlève un moyen de pression important pour le gouvernement canadien. Je m’étonne encore aujourd’hui que le gouvernement fédéral n’ait pas octroyé la citoyenneté canadienne à Raif Badawi, histoire de faciliter les pressions, démarches, procédures, et représentations, auprès de l’état saoudien pour faire en sorte d’accélérer sa libération.

Parce qu’entre-temps, ce qui est totalement inacceptable, c’est que ses enfants grandissent loin de lui, pendant qu’il croupit dans une prison saoudienne. Je peux vous dire que les conditions d’incarcération en Arabie saoudite figurent parmi les pires qui puissent être observées partout à travers le monde.

20161103-084850-g

En tant que pays démocratique, quelles sont les solutions que l’on peut mettre en place pour faire cesser des choses telles que la flagellation ou les condamnations pour apostasie dans des pays éloignés comme l’Arabie Saoudite ?

Officiellement en Arabie Saoudite, il n’existe pas d’autres religions autorisées que l’islam. Il est impossible pour un musulman, sous peine de mort, de renier sa foi et d’adopter, d’embrasser une autre confession religieuse. Évidemment, c’est une violation flagrante des droits humains que cette négation de la liberté de conscience. Et, c’est la raison pour laquelle, lorsqu’on a un cas comme celui de Raïf Badawi, c’est le devoir élémentaire de tout état démocratique que de déployer énormément d’énergie – surtout dans le cas du Canada, où la femme et les enfants de cet homme habitent le territoire canadien, ou québécois, plus précisément, et sont citoyens canadiens –; il y a comme une responsabilité morale supplémentaire de la part de l’état canadien de déployer tous les efforts requis pour assurer sa libération.

Lors de l’étude des crédits du ministère des Relations internationales du Québec, j’ai demandé expressément à la ministre des Relations internationales, Madame Christine St-Pierre, si elle avait eu d’autres communications avec le gouvernement fédéral sur la citoyenneté canadienne de Raif Badawi; et, elle n’a eu d’autre choix que de me répondre que c’était « pas de son pas d’image » de la part du gouvernement fédéral. Donc, c’est totalement inacceptable.

D’autant plus que Justin Trudeau, l’actuel premier ministre du Canada, à l’époque où il était le chef de l’opposition officielle, avait pris des engagements formels à cet effet auprès de madame Ensaf Haidar, la femme de Raïf Badawi.

Au niveau international, il y a eu des pressions des États-Unis, de l’Union Européenne, du Canada, et d’autres pays de l’ONU. Quelle a été la réponse de l’Arabie saoudite ?

L’Arabie saoudite est un régime un peu particulier; à l’époque où j’étais député fédéral, je me suis rendu à deux reprises en Arabie saoudite, dans le dossier William Samson, dont une fois où j’ai eu l’occasion de le rencontrer en personne, alors qu’il était dans un état physique absolument pitoyable. La position que, moi, j’ai adopté dans le cas de William Samson, c’était de tâcher, le plus possible, de minimiser au maximum la couverture médiatique en occident de son cas. Pourquoi ? Le régime saoudien repose sur un fragile équilibre entre la tendance wahhabiste, qui est une tendance islamique très conservatrice, ayant accepté, dans un pacte historique datant des années 30, de maintenir sur le trône la famille royale saoudienne, en échange de la prééminence de la tendance wahhabiste dans le pays.

Cela fait en sorte que l’occident est considéré comme « dégénéré » par rapport aux préceptes très conservateurs de l’islam, et vu comme une menace voire comme un adversaire de l’islam conservateur. Or, comme vous le savez, l’Arabie saoudite est un allié étroit de l’occident dans le monde. Donc, comment réconcilier ces deux positions-là ? Alors, on réconcilie cette position-là en essayant de sauver la face : la tendance wahhabiste fait mine de ne pas voir que le régime saoudien est proche des nations occidentales, et en échange le régime saoudien fait mine de ne pas être proche des nations occidentales; ce qui n’est pas le cas, comme vous le savez.

Dans le cas de William Samson, qui avait la double citoyenneté canadienne et britannique, il y avait également un certain nombre d’autres Britanniques et un Belge impliqués; donc, la libération de tout ce beau monde, il ne fallait pas que ça ait l’air le fruit de pressions exercées en occident. On devait minimiser l’impact médiatique. L’essentiel de l’histoire de William Samson a été connu après coup, bien que les médias canadiens en aient fait état, un petit peu avant sa libération. On cherchait à faire en sorte qu’il y ait le moins d’attention médiatique possible, dans le cas de William Samson.

Lorsque, pour céder aux pressions des nations occidentales, le régime saoudien libère des Occidentaux qui sont emprisonnés dans ses geôles, il doit le faire de façon très discrète, pour ne pas avoir l’air de céder aux pressions des nations occidentales.

Dans le cas de William Samson, nous avons tout fait, et l’essentiel de nos démarches ont été faites de façon méconnues du public. De telle sorte, justement, que sa libération n’ait pas l’air d’une compromission de la part du régime saoudien à l’égard des nations occidentales.

La femme de Raïf Badawi, qui est elle-même saoudienne, connaît le régime et elle a choisi de rendre la situation de Raïf très publique. Je pense qu’il faut respecter ce choix, dans cette décision qu’a prise Madame Ensaf Haidar de rendre publique la situation de son mari; et, donc, on a procédé dans cet esprit, car Raïf Badawi est seulement citoyen saoudien. C’est sûr que s’il n’y avait pas cette démarche de faite, personne dans le monde n’aurait été au courant de la situation de Raïf Badawi. Donc, c’est ce qui explique qu’il y ait cette couverture médiatique dans son cas, qu’on a essayé de minimiser, dans le cas d’un homme comme William Samson.

Le PQ milite pour la libération de Raïf Badawi depuis de nombreuses années. Vous avez notamment organisé des vigiles en son honneur. Pouvez-vous nous raconter comment ça se passe durant ces vigiles ?

Ce sont des vigiles silencieuses, où on porte des images de Raïf Badawi silencieusement pendant un certain temps. Évidemment, on se retrouve; les gens qui participent à la vigile, que ce soit à l’Assemblée nationale, ou à Sherbrooke devant l’hôtel de ville, ou ailleurs au Québec, se retrouvent; évidemment, se font des accolades, en solidarité avec Raïf Badawi; mais, rapidement, on prend une posture silencieuse, avec des images de Raïf Badawi.

Je pense que c’est en respect pour non seulement Raïf Badawi et la situation qu’il vit, mais aussi, pour toutes ces personnes infortunées qui croupissent dans des geôles partout à travers le monde; et, nous sommes ici pour le privilège que nous avons de vivre dans une démocratie et d’en être les seuls porte-voix.

Vous avez reproché au Parti Libéral son inaction dans le dossier Badawi auprès du gouvernement fédéral. Quelles actions compte poser le Parti Québécois s’il est élu pour continuer sa lutte pour la libération de Raïf Badawi ?

Je pense que ce que le gouvernement du Québec devait faire – et il l’a fait justement, à la suite des pressions du Parti québécois – c’était de décerner un certificat de sélection à Raïf Badawi. La façon dont ça fonctionne selon l’entente Collins-Couture, qui a été signée sous un gouvernement du Parti québécois, le gouvernement de René Lévesque, avec le gouvernement fédéral, c’est que le gouvernement du Québec doit présélectionner ses immigrants.

La seule chose que pouvait faire le gouvernement du Québec pour accélérer les procédures d’immigration de Raïf Badawi au Québec et l’octroi de sa citoyenneté, c’était de décerner un certificat de sélection, ce que le gouvernement a fait.

Par contre, depuis que le gouvernement du Québec a émis ce certificat de sélection, il n’y a à peu près plus rien qui se fait; c’est d’ailleurs ce dont je voulais m’assurer lors de l’étude des crédits du ministère des Relations internationales, en posant un certain nombre de questions à la ministre des Relations internationales; puis, ce que j’ai compris, c’est qu’on n’a pas eu de réponse du gouvernement fédéral sur la question de la citoyenneté, et ça semblait s’arrêter là. Mais non, il ne faut pas que ça s’arrête là, il faut qu’on multiplie les pressions, il faut que le premier ministre prenne le téléphone, lorsqu’il a l’occasion de rencontrer officiellement le premier ministre du Canada, de toujours et continuellement lui parler du dossier de Raïf Badawi; or, on a l’impression qu’ils en ont parlé à un moment donné, et depuis c’est «plus de son plus d’image » de la part de Québec non plus.

Alors, moi je pense que le gouvernement du Québec ne peut pas simplement s’asseoir sur le fait du geste qu’il a posé, c’est-à-dire émettre le certificat de sélection, puis après ça ne plus rien faire. Il faut poursuivre les démarches et les pressions auprès du gouvernement fédéral, d’autant que Justin Trudeau a pris des engagements formels à l’égard de l’épouse de Raif Badawi, et on s’attend à ce qu’il livre la marchandise, ce qu’il n’a jamais fait depuis bientôt quatre ans qu’il est au pouvoir. Il a une obligation, ne serait-ce que, au-delà des considérations morales, en fonction de la parole donnée, qui devrait l’amener à défendre un homme comme Raïf Badawi; et, si la parole d’un premier ministre vaut encore quelque chose, il a l’obligation de tout faire ce qu’il peut faire pour assurer la libération de Raif Badawi, dont au premier chef, de lui octroyer la citoyenneté canadienne, ce qu’il n’a pas encore fait, de façon totalement incompréhensible.

Si vous permettez, je me permets une parenthèse ici, là; vous vous souvenez qu’au début de son mandat, contre toute attente, Justin Trudeau a décidé de vendre des chars canadiens, d’autoriser la vente de chars canadiens à l’Arabie-Saoudite, en prétextant que ce n’était que de vulgaires Jeep, alors qu’on a vite constaté qu’il s’agissait de blindés; et, sous la promesse que ces blindés ne seraient jamais utilisés contre des populations civiles. Or, on a la preuve depuis que ces mêmes blindés que le Canada a vendu à l’Arabie saoudite ont été utilisés contre des populations civiles. Alors, moi, ce que je pense, personnellement, et je me permets de le dire publiquement, c’est que ce sont de vieilles considérations commerciales qui empêche le premier ministre du Canada de poser le geste qui devrait être posé, c’est-à-dire d’octroyer la citoyenneté canadienne à Raïf Badawi pour accélérer les procédures d’immigration.

Croyez-vous que le dossier Badawi puisse devenir un enjeu électoral pour la campagne de cet automne?

Je vais vous dire que j’espère que non. J’espère qu’aucun parti n’aura l’outrecuidance et l’indécence de se servir du cas de Raïf Badawi pour tenter d’obtenir des votes. Ceci dit, j’espère qu’aucun parti politique dans la course n’oubliera Raïf Badawi. Alors, ça peut sembler contradictoire, ce que je viens de vous dire, mais je pense qu’il faut que d’une seule voix toutes les formations politiques en liste défendent le dossier de Raïf Badawi. De telle sorte que personne ne cherche à se faire du capital politique, mais que tous et toutes le défendent.

Si le Québec se séparait, sous un gouvernement péquiste, est-ce que celui-ci octroierait la Citoyenneté d’honneur du Québec à Raïf Badawi ?

Absolument. C’est une question théorique, dans la mesure où il n’existe pas actuellement la moindre législation concernant la citoyenneté québécoise. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais à l’époque où Pauline Marois était chef du Parti québécois, on avait déposé un projet de loi visant à créer une citoyenneté québécoise, ce qu’on a pas eu l’occasion de faire lorsqu’on était au gouvernement. J’étais membre du gouvernement de Pauline Marois comme ministre de la Sécurité publique à l’époque.

Mais effectivement il nous faudrait mettre en place cette procédure de création d’une citoyenneté québécoise, et assurément, il faudrait poser ce geste d’accorder la citoyenneté québécoise à Raïf Badawi; et on n’a pas besoin d’attendre l’indépendance pour faire ça : il est possible de créer une citoyenneté québécoise même à l’intérieur du cadre politique canadien.

Actuellement, parce que le Québec n’est pas un pays, parce que les relations internationales, les affaires consulaires relèvent exclusivement du gouvernement fédéral, le Québec n’a pas actuellement tous les leviers dont il devrait jouir et bénéficier pour faire tout ce qui est possible de faire en vue d’assurer la libération de Raif Badawi. Je pense que l’indépendance permettrait au Québec de faire la différence; actuellement, il est muselé par son statut de simple province.

Comment doit-on se regarder en tant que société, au niveau de la liberté d’expression et des droits de l’homme, quand on voit des drames comme celui-là se produire au niveau international ?

Le Québec et le Canada, face à des situations qui ont cours à l’extérieur de nos frontières, se doit de prendre appui sur des cas comme celui de Raif Badawi, pour essayer de faire avancer la situation des droits de la personne et de la liberté d’expression ailleurs dans le monde, puisque nous avons ce grand privilège de jouir de ces droits et libertés, civils et politiques, dont ne jouissent pas un grand nombre de nos congénères, partout à travers le monde. Nous avons une obligation d’essayer que le maximum de nos congénères puisse également en jouir, mais nous avons également une responsabilité, à l’intérieur, de protéger comme la prunelle de nos yeux ces droits et libertés qu’on prend trop souvent pour acquis.

La démocratie, c’est quelque chose de fragile, et il faut se rappeler que plusieurs régimes démocratiques sont devenus des dictatures, et parfois même démocratiquement.

Rappelons-nous qu’Adolph Hitler a été élu démocratiquement, et que c’est le parlement qui a suspendu les activités politiques en Allemagne dans les années 30. Ce n’est pas parce que la démocratie existe, ce n’est pas parce que nous jouissons présentement de ces droits et libertés, que nous en jouirons éternellement. Il faut que les citoyens et citoyennes demeurent vigilants, pour protéger la démocratie, pour protéger nos libertés individuelles et civiques. On peut regarder ce qui se passe présentement aux États-Unis pour se dire qu’au fond la liberté de presse c’est quelque chose de fragile.

On a qu’à voir ce qui s’est passé au Québec, à propos de surveillance policière de journalistes; on a qu’à voir ce qui s’est passé lorsque des manifestants de droite ont été faire du grabuge devant un média, pour se dire que rien n’est acquis pour l’éternité, même dans une démocratie comme la nôtre, qui est l’une des plus vieilles de la planète. (Première élection au Québec : 1772, l’une des plus vieilles démocraties de la planète.)

Malgré tout, on voit ce qui se passe en occident présentement, il y a un recul de la démocratie, il y a un cynisme qui se développe, qui est je pense un danger pour nos démocraties. Et il faut, je pense, être extrêmement vigilant, parce que le jour où les citoyens et citoyennes commencent à se désintéresser de leur démocratie, ça commence déjà à ne plus être une démocratie. Et ça c’est pour moi un grand péril qui nous guette.

En conclusion, qu’auriez-vous à dire aux militants de la libération de Raïf Badawi pour que le mouvement continue ?

Je pense qu’il faut qu’ils gardent courage, car le quotidien ne leur donne que peu d’occasions de se réjouir. Récemment, on avait l’information selon laquelle Raïf Badawi figurait parmi la liste des pardons du ramadan du prince Bohamen Ben Salmane, qui passe pour un réformateur; mais entre vous et moi, quant au statut de réformateur de Bohamen Ben Salmane, on parle de quelqu’un qui est malgré tout un conservateur, même s’il est un des moins conservateurs de ce pays qui est ultra-conservateur.

Tout est relatif. Ben Salmane, qui est un conservateur, demeure dans une perspective internationale ultra-conservateur. Le prince héritier de la famille Al-Sahoud avait placé un certain nombre de prisonniers sur la liste des pardons du ramadan; or, le ramadan est terminé, et Raïf Badawi est toujours incarcéré.

Donc, même lorsque les militants de la libération de Raïf Badawi ont quelques espoirs auxquels se raccrocher, souvent ces espoirs sont déçus, comme elles l’ont été dans l’histoire de la liste du prince Bohamen Ben Salmane. Malheureusement Raif est toujours incarcéré, et moi, je veux rendre hommage à la résilience et au courage dont font preuve Madame Haidar et les enfants de Raïf Badawi, et tous ceux qui militent pour sa libération, car, justement, ils n’ont eu depuis un certain nombre d’années que bien peu de réjouissance.

Actualités

Le Québec modifie sa politique d’Immigration et réduit les délais

Le nouveau système d’immigration adoptée par le gouvernement du Québec il y a quelques semaines, entre officiellement en vigueur aujourd’hui. Il met notamment fin à la politique du premier arrivé, premier servi. 

Désormais il faudra remplir une déclaration d’intérêt auprès du Ministère de l’Immigration, qui analysera leur formation scolaire, expériences professionnelles et connaissance du français.

Cette nouvelle politique, qui concerne le Programme régulier des travailleurs qualifiés du Québec, permettra notamment de réduire les délais, passant de 36 mois auparavant à moins d’un an désormais. De plus, finit les quotas ou les périodes ouvertes pour pouvoir déposer les dossiers, cela sera maintenant fait en continue.

Une note sera associée à chaque candidature, et les personnes correspondant au mieux aux besoins seront amenés à présenter une demande de résidence permanente.

Cette nouvelle plateforme sera mise en ligne sous peu sur le site du Ministère.

Le but principal est de mieux répondre aux besoins socioéconomiques dans les différentes régions du Québec, qui font face à une pénurie de main d’oeuvre.

D’autres mesures touchent également les investisseurs, entrepreneurs et travailleurs étrangers temporaires.

Actualités

Le Québec adopte un nouveau système d’immigration, pour accélérer les délais de traitement

Le ministre de l’Immigration, David Heurtel, vient d’annoncer que le gouvernement du Québec a adopté un nouveau Règlement sur l’immigration au Québec (RIQ), afin de réduire les délais d’acceptation des demandeurs économiques.

Ce nouveau règlement entrera en vigueur au cours de cet été, précisément à compter du 2 août prochain et permettra « le plein déploiement de la Loi sur l’immigration au Québec », selon le ministre Heurtel.

Désormais, le Québec met en place un nouveau système d’immigration basé sur la déclaration d’intérêt, afin de sectionner en continu des personnes dont le profil correspond aux besoins des entreprises dans les différentes régions du Québec.

Ce nouveau système, plus rapide et efficace nous dit-on, devrait réduire considérablement le temps d’attente des demandes et ainsi accélérer donc l’arrivée des personnes sélectionnées au Québec.

« C’est une révolution, on change toutes les règles en matière d’immigration au Québec », a déclaré David Heurtel.

L’objectif est donc de réduire les délais de 32 mois à 12 mois, et de combler la pénurie de main d’oeuvre dans les différentes régions du Québec, en y favorisant l’immigration, ce qui sera possible avec ce nouveau système.

Pour rappel le système actuel est basé sur le « premier arrivé, premier servi », un système qui ralentit fortement les délais de traitement.

Nouvelles mesures pour entrepreneurs et investisseurs

De nouvelles dispositions toucheront également le Programme des entrepreneurs, ce qui devrait permettre d’attirer et de favoriser la venue d’entrepreneurs avec des projets de création d’entreprises innovantes ou d’achat d’une entreprise déjà existante.

Le Programme des investisseurs sera également renforcé, désormais il ne leur faudra plus 800 000$, mais plutôt 1,2 million de dollars canadiens.

Les candidats sélectionnés seront également bien répartis dans les différentes régions du Québec et l’objectif à terme et qu’ils restent au Québec à la suite de l’arrivée.

Actualités

Au Canada, on rêve de grandeur ?

Au Canada, on vit en grand. La population bénéficie des plus grandes maisons au monde, rien de moins pour l’un des plus grands pays. Des changements de mentalités et d’habitudes de vie semblent pourtant avoir un certain effet sur cette vision de grandeur. Un effet qui pourrait être plus positif qu’on ne peut le croire.

Positionnement du Canada

La plupart d’entre nous savent que le plus grand pays du monde est la Russie et ses grandes zones inhabitées. Le Canada est dans une situation semblable et profite de la deuxième position. La troisième place du podium est gardée par nos voisins, les États-Unis. Et enfin, la quatrième place est occupée par le pays le plus peuplé, il s’agit bel et bien de la Chine.

canada_quebec_old_quebec_frontenac_castle-837975.jpg!d

On constate que la grandeur du pays n’impacte pas le nombre d’habitants, la Chine étant la plus peuplée loin devant la Russie, qui elle, est loin de nous en 9ème position face à notre 36ème position.  

Des régions aussi distantes les unes des autres viennent avec des cultures et des modes de vie différents

Bien sûr, nous et nos voisins du pays de l’aigle à tête blanche sommes semblables sur plusieurs points. Effectivement, l’Amérique du Nord aime voir grand.

Cette vision de grandeur se fait sentir dans plusieurs marchés, ce qui place respectivement les États-Unis et le Canada en deuxième et troisième position dans la grosseur des habitations moyennes sur la planète Terre. Les leaders, pouvant en surprendre plus d’un, sont les Australiens avec des logements ayant en moyenne 610 mètres cubes (m3). Ici, nos domiciles ont en moyennes 545 m3.

Avec une population plus petite dans un si grand pays, nos grosses maisons ne sont pas aussi pleines que certaines, voire, plusieurs régions du monde et donc, nous bénéficions d’une moyenne de 188 m3 d’espace par personne à l’intérieur de nos habitations.  Ceci nous place en deuxième position au classement.  

Aussi plaisant que cela puisse sembler d’avoir beaucoup d’espace dans un domicile, il est important de noter que beaucoup d’espace vient aussi avec plus de dépense. Une telle habitation est plus coûteuse en termes d’entretien et de dépense d’énergie pour chauffer et climatiser.

Nous sommes portés à oublier, mais le corps humain dégage de la chaleur et aide à réchauffer notre logement, certains parents ont remarqué la différence sur leur compte Hydro le jour où leurs enfants ont quitté la maison. Dans la tête de certains entrepreneurs, une habitation idéale est un domicile capable de rester à un minimum de 16°C simplement par le transfert d’énergie du corps humain, pour cela il faudrait des constructions plus isolées et parfaitement étanches.

Les plus petits logements à Hong Kong 

Architecture China Repulse Bay Asia Hong Kong
Les plus petits logements au monde – Architecture China Repulse Bay Asia – Hong Kong

Aujourd’hui, les Canadiens vont vers de plus petites maisons. D’après une étude faite par Point2Home, malgré notre grosseur moyenne de 545 m3, la vision d’une grosseur idéale serait entre 304 m3 et 457 m3.  

Si certains d’entre vous trouvent cela petit, peut-être vous consolez-vous en sachant que l’habitation moyenne dans la ville de Hong Kong est seulement 31.9 m3. Il n’est pas rare de voir des cuisines de cette grosseur au Canada. En effet, c’est dans cette ville asiatique que l’on retrouve les plus petits logements.

En ce qui a trait à la Chine, ils ont la ville avec le moins d’espace vivable, mais ce n’est pas pour autant à l’image du pays. Il est normal que leurs logements soient plus petits considérant la superficie du pays face au nombre d’habitants, mais qui aurait cru que les Russes vivent dans des espaces semblables à ceux des Chinois. On parle ici de 187 m3 en Russie face à 197 m3 pour la Chine. En Europe, c’est le Royaume-Uni qui a les plus petites habitations avec 250 m3.

Repenser les modèles

new-home-1745382_960_720

C’est en constatant la volonté de certaines personnes de mon entourage d’avoir de plus petites habitations que je me suis mis à réfléchir. Est-ce que c’est une nouvelle mode ou est-ce ancré réellement en eux ?

Il est clair que l’immigration est l’un des facteurs qui affectent ce rétrécissement. Oui, certains demandent de plus petits domiciles parce qu’ils ont moins d’argent, mais c’est loin d’être la seule raison.

Beaucoup nous arrivent avec des modes de vie ancrés à certains niveaux et très différents des nôtres. Ils ont aussi amené avec eux des valeurs et des visions qui sont venues se mêler à notre quotidien.

Un exemple parfait au Québec, les maisons bigénérationnelles sont de plus en plus populaires depuis le début siècle, popularité qui ne prévoit pas ralentir et qui sont inspirés de modèles européens. On sent un mouvement pour la planète qui se crée depuis quelques années, et ce mouvement a atteint une partie du marché immobilier.

Ainsi, si vous prévoyez acheter une maison d’ici les prochaines années, j’espère que vous prioriserez la qualité avant la quantité. Votre porte-monnaie vous aimera à plus long terme et en constatant notre position dans les classements plus haut, je crois qu’il est plus facile de vivre avec moins d’espace que certain ne l’imagine.