Actualités

Attentat de la mosquée de Québec : Alexandre Bissonnette plaide non coupable

L’auteur présumé de l’attentat à la Grande Mosquée de Québec en janvier 2017, Alexandre Bissonnette, a plaidé non coupable ce matin aux 12 chefs d’accusation portés contre lui.

Agé de 28 ans Alexandre Bissonnette était de retour ce matin au Palais de justice de Québec, devant de nombreuses personnes, dont médias et familles plongées dans le deuil depuis la tuerie qu’il a organisé il y a plus d’un an dans une mosquée de la capitale nationale.

Alexandre Bissonnette est accusé du meurtre au premier degré de Ibrahima Barry, Mamadou Tanou Barry, Khaled Belkacemi, Abdelkrim Hassane, Azzeddine Soufiane et Aboubaker Thabti.

Il est aussi accusé d’avoir tenté de causer la mort de Said Akjour, Aymen Derbali, Said El Amari, Nizar Ghali et Mohamed Khabar, en utilisant une arme à feu à autorisation restreinte.

Le procès devrait normalement commencer d’ici le 6 avril prochain. Entre-temps un jury va être composé avec près de 600 personnes.

Actualités

Qualifiés de « nègres », deux Montréalais obtiennent gain de cause

Le Tribunal des droits de la personne a rendu plusieurs décisions ces derniers jours sur deux cas différents de racisme. Deux Québécois devront verser des milliers de dollars pour avoir proféré des insultes racistes.

La première affaire concerne Marius Tchakoute Nyassa qui lors de son quart de travail chez Bell comme téléphoniste, s’est fait insulté par Serge Levasseur en mars 2013. Le client insatisfait et visiblement en colère avait alors déclaré « Un autre maudit nègre qui ne comprend rien. Eh maudit que vous êtes fatigants ».

La deuxième affaire oppose cette fois Lucner St-Éloi, qui était en conflit avec le propriétaire de son immeuble en avril 2015, Normand Rivard. Le locataire explique à son propriétaire qu’il se sent harcelé, avant que celui-ci ne lui rétorque « Va donc chier, tabarnak d’hostie de nègre sale ».

Verdicts 

Le juge, Mario Gervais, a finalement tranché et a décidé de condamner les deux accusés dans les affaires respectives à verser 4000$ pour le premier et 6500$ pour le deuxième, aux victimes.

« En invoquant la couleur de la peau de la pire manière, M. Rivard a cherché intentionnellement à blesser, humilier et rabaisser M. St-Éloi et, a contrario, affirmer sa supériorité »

Le juge a tranché que les insultes violaient la Charte des droits de la personne du Québec et devaient ainsi donner lieu à une réparation. Les victimes ont exprimé leur satisfaction à la suite du jugement.