Actualités

90% des migrants irréguliers seront expulsés du Canada

La crise des migrants semble loin d’être fini, puisque selon le ministre des Transports, Marc Garneau, près de 2500 migrants ont franchi la frontière de manière irrégulière au Québec en avril dernier.

Un chiffre qui est quatre fois supérieur à celui de l’année précédente, où à la même période seulement 672 personnes avaient été interceptées par la Gendarmerie Royale du Canada.

En point de presse ce matin, le gouvernement du Canada a annoncé la mise en place de tentes à la frontière de Lacolle, en vue d’un possible afflux majeur dans les prochaines semaines.

« S’il y avait un flux que personne n’avait prédit et que, soudainement, il y avait beaucoup de personnes à la frontière, les Canadiens auraient le droit de nous dire : « pourquoi vous n’êtes pas prêts ? » a déclaré le ministre des Transports.

Le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, a annoncé également qu’une mission spéciale se rendrait au Nigeria pour collaborer avec les autorités locales.

Pour rappel, les Nigérians sont les plus nombreux a être interceptés illégalement à la frontière, après avoir séjourné aux États-Unis ils prennent la route vers le Canada.

Ottawa collabore également avec Washington pour revoir le processus d’octroi de visas américains.

« Un peu plus de 90 % des migrants irréguliers ne répondent pas aux critères » de l’asile politique, a souligné Marc Garneau ce matin et devront être expulsés du Canada. C’est le cas pour près de 200 personnes qui devront quitter le Canada d’ici les deux prochaines semaines.

Actualités

Plus de 700 demandeurs d’asile ont franchi la frontière ces derniers jours

Depuis vendredi, ce sont plus de 700 demandeurs d’asile qui ont traversé la frontière au Québec de façon irrégulière. Une situation que les autorités se disent prête à vivre, mais qui inquiète tout de même. 

Selon plusieurs témoignages, les personnes qui ont franchi la frontière à Lacolle, sont en grande majorité des personnes originaires du Nigéria vivant aux États-Unis.

Contrairement aux Haïtiens qui l’été dernier fuyaient les États-Unis en raison d’une menace, les personnes interceptées ces derniers jours ne font pas face à des menaces américaines.

Les douaniers ont également été préparé à voir un afflux massif de Salvadoriens à destination du Canada

Le premier Ministre du Canada a rappelé que le système d’immigration canadien est toujours en place et très « robuste ».

« Chaque personne qui arrive, que ce soit par avion, ou que ce soit en traversant une frontière de façon irrégulière, va passer par un processus d’examen de sécurité, d’examen du dossier, et nous n’allons accepter que les gens qui correspondent aux exigences de notre système d’immigration ».