Actualités

Montréal aura une consultation publique sur le racisme et les discriminations systémiques

Ça y est Balarama Holness a rempli son pari de récolter plus de 15 000 signatures dans une pétition, pour forcer la ville de Montréal à tenir une consultation publique sur le racisme et les discriminations systémiques. 

L’ancien candidat de Projet Montréal avait lancé une pétition depuis plusieurs mois, qui au terme de son dépôt le 27 juillet dernier, comptait au moins 16 700 signatures validées.

Balarama Holness a annoncé la bonne nouvelle ce matin, au travers de sa page Facebook.

image1.png

Par conséquent, la Ville de Montreal sera désormais forcée de tenir une telle consultation publique. Le comité exécutif devra déterminer lors de la prochaine séance l’instance qui devra se charger de cette consultation publique.

Revoir notre entrevue avec Balarama Holness :

Advertisements
Actualités

Incident raciste en Alberta : une enquête ouverte, la femme a perdu son emploi

Après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant une altercation entre une femme et un groupe de trois hommes auquel elle avait dit qu’ils n’étaient pas « Canadiens » et « de retourner dans leur pays », elle vient de perdre son emploi.

La femme a été identifiée comme Kelly Pocha, une résidente de Cranbrook, en Colombie-Britannique.

Le mère de trois enfants a déclaré : « J’aimerais présenter des excuses officielles à ces hommes, comme je l’ai fait au personnel et à la direction du Denny’s à Lethbridge, il y a deux semaines, pour mes actions, je suis humaine, je fais des erreurs ».

Le concessionnaire Cranbrook Dodge où travaillait la femme en question a annoncé son licenciement sur les réseaux sociaux hier : « Nous avons récemment pris connaissance d’une vidéo dérangeante impliquant une de nos employées, nous sommes profondément préoccupés par le contenu de cette vidéo et voulons que tous nos amis, familles, collègues et clients sachent que ce comportement ne reflète pas les valeurs de Cranbrook Dodge de quelque façon que ce soit. Nous nous efforçons d’être une entreprise accueillante et inclusive, sans aucune place pour la haine ou l’intolérance. L’employé en question a été licencié et nous nous excusons profondément pour ses actions ».

Une enquête a été ouverte par la police.

Actualités

« You are not Canadian », la vidéo d’une altercation raciste en Alberta fait le tour des réseaux sociaux

L’incident s’est déroulé le mois dernier dans un restaurant Denny’s à Lethbridge en Alberta et a été filmé. La vidéo diffusée sur Facebook montre une femme mentionner à plusieurs reprises à un groupe d’hommes qu’ils ne « sont pas Canadiens ».

 

 

La vidéo d’une durée de 5 minutes de Monir Omerzai est en train de devenir virale.

On peut donc y voir une femme sur une table juxtaposée se retourner à plusieurs reprises pour dialoguer avec un groupe de trois hommes, dont un a filmé la scène.

“Because you know what ? You’re dealing with a Canadian woman right now, and I will leap across this table and punch you right in your f****g mouth.”

La femme répète a plusieurs reprises à un des hommes de la table qu’il n’a pas la citoyenneté Canadienne.

“Do you you pay taxes, my friend ?” demande t-elle à l’un des hommes.

“We all pay taxes” respond il.

Quand un des hommes essaye de lui dire « We are all Canadian », la femme le pointe du doigt et déclare : « No, you are not Canadian » et va même plus loin en ajoutant : “You’re not dealing with one of your Syrian b—–s right. You’re dealing with a Canadian woman, and I’m not going to be talked down to by you.”

Le maire de la ville, Chris Spearman, a dû réagir sur sa page Facebook et a déclaré qu’il été embarrassé que cet incident se soit déroulé dans sa ville.

“We are working hard to address racism and bigotry but can not prevent ignorance and the hostile behaviour of individuals” souligne Mr. Spearman.

Actualités

Pétition pour la tenue d’une consultation publique sur le racisme à Montréal

Depuis plusieurs mois des citoyens réclament à la Ville de Montréal de tenir une consultation publique sur la question du racisme afin d’obtenir des actions concrètes. Face au manque de réponse, ils viennent de lancer une pétition et espèrent recueillir 15 000 signatures pour aller de l’avant dans ce dossier.

Le projet est mené par Balarama Holness, un ancien candidat de Projet Montréal, qui se bat depuis plusieurs mois pour faire bouger les choses car pour lui il y a un manque de représentativité des minorités à l’hôtel de ville de Montréal.

Seulement 12% des employés municipaux sont issus des minorités visibles, alors qu’ils représentent 30% de la population montréalaise.

31841952_10215919078913933_4655082483950288896_n

Tous les citoyens de Montréal âgés de 15 ans et plus peuvent signer cette pétition.

Lancée la semaine passée, ils disposent désormais de 90 jours pour obtenir au moins 15 000 signatures et forcer ainsi la Ville de Montréal à mandater l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) afin de mener une consultation publique.

Actualités

« Noire n’est pas mon métier » : un livre pour plus de répresentativité au cinéma

A quelques heures de l’ouverture du festival de Cannes, 16 actrices noires françaises viennent de signer un livre-manifeste dans lequel elles témoignent du racisme et sexisme qu’elles subissent en tant que femmes et Noires.

Dans Noire n’est pas mon métier, Firmine Richard, Sonia Rolland ou encore Aïssa Maïga mettent en lumière le double plafond de verre, racisme et sexisme, auquel elles ont été confrontées.

Au travers de ce livre, on veut provoquer un débat dans la société française pour permettre une plus grande diversité et représentativité dans le cinéma, le théâtre, ou la télévision.

Les stéréotypes et le racisme continu malgré l’évolution de la société. Avec près de 300 films français produits chaque année, les comédiennes noires y sont encore rares souligne Aïssa Maïga.

« Nous ne sommes pas des cautions, ni des faire-valoir. Il faut que l’on nous paie à notre juste valeur » Firmine Richard

Les rôles restent encore stéréotypés et les castings encore plus étranges parfois comme le rappèle la comédienne Nadège Beausson-Diagne.

Voici quelques exemples de questions que l’on a posé lors de casting : « Vous parlez africain ? », « Pour une Noire, vous êtes vraiment intelligente, vous auriez mérité d’être blanche » , « Oh, la chance, d’avoir des fesses comme ça : Vous devez être chaude au lit, non ? ».

L’activer Aïssa Maïga conclu : « Ce livre est un pavé dans la mare, mais c’est aussi une main tendue à nos pairs, directeurs de castings, réalisateurs, scénaristes, financiers. C’est une occasion de les amener à s’interroger, sans culpabiliser ».

Actualités

Starbucks s’engage contre le racisme

La chaîne Starbucks a décidé de fermer l’ensemble de ses cafés aux États-Unis le 29 mai prochain en après-midi, afin d’organiser une séance d’éducation contre le racisme, suite à une vague d’indignation causée par l’arrestation de deux Noirs dans un de ses établissements.

Face à la controverse suscitée le week-end dernier lorsque deux hommes noirs, calmes, se sont fait interpeller et menotter par plusieurs agents alors qu’ils ne commettaient aucune infraction. La scène filmée par une cliente est devenue virale sur les réseaux sociaux.

La police aurait été appelée parce que les deux hommes ne consommaient rien, et attendaient simplement un ami, selon leur avocat.

Rapidement le mot-clé #boycottstarbucks a gagné en popularité, et il était urgent pour la marque mondialement connue des boissons chaudes d’agir pour préserver son image.

« Starbucks va fermer plus de 8000 établissements aux États-Unis lors de l’après-midi du 29 mai et conduire une formation (…) visant à prévenir les actes de discrimination dans nos enseignes », a annoncé la compagnie hier.

Au total, 175 000 employés à travers les États-Unis seront concernés par cette mesure, y compris du personnel administratif et commercial de l’entreprise. La formation devrait  également faire partie du processus de formation pour les nouveaux employés.

Les employés suivront « un programme destiné à corriger les préjugés racistes, promouvoir l’inclusion, prévenir les discriminations et s’assurer que n’importe qui à l’intérieur d’un Starbucks se sente en sécurité et le bienvenu ».

Actualités

« Terrorisme à l’envers » : Pierre Bruneau blâmé pour ses propos discriminatoires envers les musulmans

Le Conseil de presse du Québec (CPQ) a jugé aujourd’hui que les propos tenus par Pierre Bruneau quelques heures après l’attentat à la Grande Mosquée de Québec, le 29 janvier 2017, sont des propos discriminatoires envers les musulmans. 

Pour rappel, lors d’une émission spéciale, le chef d’antenne de TVA avait alors qualifié l’attaque qui a fait six morts de « terrorisme à l’envers ».

« Un acte qui se fait contre une communauté musulmane chez nous, c’est quelque chose qu’on n’avait pas vu venir. On aurait pu imaginer le contraire, qu’une communauté musulmane, qu’un groupe extrémiste musulman commette un geste, mais que nous, quelqu’un d’une autre communauté attaque les musulmans c’est un terrorisme à l’envers, si vous me permettez l’expression » avait-il déclaré en ondes.

Face à la polémique, il s’était excusé le lendemain sur les réseaux sociaux.

Capture d’écran 2018-04-05 à 16.45.35

Mais le CPQ a estimé aujourd’hui que de tels propos « contribuaient à entretenir des préjugés à l’égard des musulmans en suggérant qu’ils sont plus susceptibles de commettre des actes terroristes ».

Le Conseil tient compte des excuses de Pierre Bruneau, mais souligne que cela n’efface en rien « le tord causé à la communauté musulmane ».