Actualités

Walmart réintègre ses anciens employés ayant une déficience intellectuelle

Face à la pression populaire, Walmart Canada a finalement décidé aujourd’hui de réintégrer ses anciens employés ayant une déficience intellectuelle, et qui avaient été congédiés la semaine passée par la multinationale.

« L’ensemble des anciens participants du programme (cf Programme pour l’intégration des personnes atteintes de déficience intellectuelle) qui souhaitent revenir en succursale sous les mêmes conditions qui étaient offertes auparavant sont invités à la faire » a annoncé l’entreprise.

Ce ré-intégrement concerne toutes les succursales au Québec qui participaient au programme. Walmart Canada a également précisé être « toujours en discussion avec les agences locales pour identifier les meilleures solutions à chaque personne ».

Pour rappel, Walmart Canada avait décidé de congédier plus d’une soixantaine d’employés atteint d’une déficience intellectuelle la semaine passée, et avait provoqué de vives réactions de la part de personnalités publiques et politiques, comme le premier Ministre du Québec, Philippe Couillard.

Au déla de leur intégration professionnelle, tout un débat avait ensuite vu le jour concernant la rémunération, puisque ces employés là sont payés seulement 6$ par journée de travail, pour ne pas dépasser un 100$ mensuel, car au-déla de cette somme cela les privent d’aides et de services sociaux en autre.

Nous avions parlé avec Laurence Parent, doctorante sur la question du handicap et de la mobilité, qui nous avez apporté son éclairage sur cette question.

Actualités

L’inclusion des personnes handicapées doit être la préoccupation de la société

La décision de Walmart Canada de congédier ses employés atteints de déficience intellectuelle, a fait réagir bon nombre de personne dont la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse qui souhaite par ce débat sensibiliser la société, et notamment les employeurs, à l’importance de l’intégration en emploi des personnes handicapées.

Depuis décembre 2005, les personnes ayant un handicap font parties des cinq groupes victimes de discrimination visés par la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans les organismes publics.

Parmi les quelques 330 organismes soumis à cette Loi, la Commission estime qu’il faudrait tripler la présence des personnes handicapées dans les effectifs de ces organismes pour respecter la Loi, selon les données que la Commission a recueilli dans un rapport de 2013 à 2016.

Le Président de la Commission, Philippe-André Tessier a rappelé par voie de communiqué que « Les personnes handicapées sont actuellement sous-représentées sur le marché du travail alors que la pénurie de main-d’œuvre devrait pourtant être un incitatif à la mise en place de mesures et d’accommodements leur permettant d’occuper des emplois et de participer à la vie économique et sociale ».

La Commission réclame également que cette Loi s’applique aussi dans les entreprises du secteur privé, comme Walmart par exemple. « L’impact de la décision de Walmart nous rappelle que l’entreprise privée a un rôle à jouer pour l’inclusion en emploi des personnes handicapées » a conclu Mr.Tessier.

25488439_10155039639142327_1600105100354619844_o
Crédit : Laurence Parent

Nous avons parlé avec Laurence Parent, elle est Doctorante à l’Université Concordia en études sur le handicap et la mobilité. Elle tient à rappeler tout d’abord que Walmart prétend aujourd’hui n’avoir jamais voulu congédier ses employés mais plutôt souhaiter leur offrir un emploi à part entière.

« J’ai du mal à croire que Walmart avait réellement ces intentions là au départ. La compagnie s’est d’abord justifiée en disant qu’elle avait pris une décision difficile. Cette histoire ne tient pas ».

Nous lui avons ensuite demandé qu’elle a était sa réaction lorsqu’elle a appris la nouvelle?

« Je ne suis malheureusement pas tombée en bas de ma chaise contrairement à plusieurs personnes. Les personnes handicapées rencontrent de nombreux obstacles sur le marché du travail. Les personnes ayant une déficience intellectuelle sont souvent perçues comme étant incapables de travailler. Quand elles travaillent, leur travail est souvent dévalorisé. Il faut savoir que ces personnes travaillant chez Walmart étaient payées 6$ par jour. Si elles gagnent plus que 100$ par mois, leur allocation de solidarité sociale est coupée. Est-ce acceptable? À voir les réactions qui ont fusées de toutes parts contre la décision de Walmart, il semble y avoir un consensus au Québec : un géant américain ne peut pas congédier des personnes avec une déficience intellectuelle sans explication. Encore moins à la veille de Pâques. »

Au-delà de cette nouvelle, il y a derrière une question beaucoup plus vaste à aborder, celle de l’intégration des personnes avec un handicap sur le marché du travail, comme le rappelle la Commission et Laurence.

« Maintenant, pouvons-nous aborder la question de l’emploi des personnes handicapées dans son ensemble? Est-ce que la société québécoise est prête à mettre en place les mesures nécessaires pour lutter contre la discrimination qu’elles rencontrent sur le marché du travail? Seulement 39% d’entre elles occupent un emploi comparativement à 72% des personnes dites sans incapacité. Il n’y a pas que Walmart qui a des devoirs à faire. Selon le dernier bilan triennal de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi, seulement le tiers des objectifs en matière de représentation de personnes handicapés au sein d’organismes publics ont été atteints. Les entreprises privées n’ont aucun objectif à atteindre. J’espère que cette histoire nous permettra d’aller plus loin. Sinon nous n’aurons pas avancé. »

Actualités

Walmart congédie tous ses employés ayant une déficience intellectuelle

La multinationale Walmart a annoncé mettre fin à son programme de plateaux de travail au Québec, qui lui permettait d’intégrer plus d’une soixantaine de personnes présentant une déficience intellectuelle dans son équipe d’employés.

Cette décision s’applique immédiatement aux 26 succursales du Québec qui participaient au programme, soit au total 19 personnes concernées en Maurice et au Centre-du-Québec, une vingtaine dans la Capitale-Nationale et 25 en Chaudière-Appalaches.

L’entreprise a fait savoir qu’il s’agit là d’une décision difficile, sans apporter d’autres explications sur les raisons qui l’ont motivé à prendre cette décision.

On apprend également que Walmart Canada ne déboursait que 6$ par jour par employé pour offrir un travail aux personnes vivants avec un handicap. Le Centre Local d’emploi se chargeait d’assumer les autres frais liés au déplacement.

Réactions

La décision a soulevé l’indignation du Syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), qui souhaite désormais aider les personnes concernées à défendre leurs droits avec des avocats et trouver un nouvel emploi à ces personnes en travaillant de près avec les autres enseignes.

« Je trouve ça triste quand on voit une compagnie qui ne respecte pas les lois, mais au-delà des lois, ne respecte pas les gens qui sont démunis face à des grosses compagnies multinationales » a déclaré le président des TUAC Québec.

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a lui souligné que « plus que jamais nous avons besoin de reconnaître la contribution des personnes handicapées sur le marché du travail ».

Plusieurs employeurs se seraient déjà mobilisés pour exprimer leur souhait d’engager les personnes congédiées. La grogne se fait sentir également chez la population, où pétitions et boycott de Walmart sont actuellement discutés amplement sur les réseaux sociaux.